Skip to content

Psychoweb

Ecran diminué  Ecran large  Augmenter la taille de la police  Diminuer la taille de la police  Taille par défaut 
Chemin :    Accueil arrow News arrow L'intelligence racée
L'intelligence racée Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Section : news, Catégorie : reflexions-actus

Proposé par Stephane Desbrosses, le 13-12-2007



Le racisme, se retrouve également chez les Nobel...Des noirs, des blancs, il en existent de peu intelligents et d'autres dont l'esprit n'a rien à envier aux Lauréats du prix Nobel. Et chez les Prix Nobels, existe aussi quelque diversité d'intelligence.
 
L'Institut de recherche de Long Island, dans le nord-est des Etats-Unis, a d'ailleurs suspendu de son conseil d'administration le Dr James Watson, prix Nobel de médecine américain, pour cause de propos légèrement déviants de la norme; Le scientifique affirmait lors d'une interview publiée dans le Sunday Times du 14 octobre, que les noirs sont moins intelligents que les blancs.

Quid? Le QI moyen des Nobel aurait-il baissé à ce point?


79 ans, le Nobel, peut être pourrait-on, si l'on fut pernicieux, mettre sur le compte des capacités cognitives déclinantes, des propos aussi peu opportuns.

Si l'on veut bien aussi analyser le phénomène (son ampleur médiatique, pas le phénomène que constitue le chercheur en lui-même), on pourrait, jeune homme, en dire bien des choses, en somme.

C'est une pique, c'est un flop, et cela a valu la démission forcée du généticien. C'est un fait. Mais il pointe certaines tendances médiatiques à s'imiscer et amplifier des affaires de sciences qui sorties de leur contexte, apparaissent bien évidemment abominables. Il convient néanmoins de rappeler certaines précautions.

La science est elle le jouet de la morale et des médias?


Les médias ont cette fâcheuse tendance et ce pouvoir de faire du moindre pâté de sable une montagne aussi ferme et haute que ne l'est le mont Everest. Sachons garder nos distances et vérifions la source et définir ce qui a été dit et ce qui a été compris; L'intelligence est un concept flou...

La morale s'imisce bien souvent dans ces affaires de sciences, ce qui est nécessaire, convenons-en, mais ne fait pas vraiment avancer le schmilblick avec des arguments ainsi exposés : "ce n'est pas bien, c'est vilain, c'est mal, ouh!" ou à l'inverse, "je suis d'accord avec lui - sous entendu : mon opinion prévaut sur ceux des autres, pas besoin d'argumenter puisque j'ai raison"

Sachons opposer dès lors une argumentation solide plutôt que de réagir avec un coeur irraisonné. A priori, jamais personne n'a pu démontrer de liens entre les gènes liés aux caractéristiques morphologiques (couleur de peau, forme du visage, etc...) et ceux susceptibles d'être liés à l'intelligence. Encore une fois, le concept est très flou. s'agissait-il de capacités cognitives précises? En face d'un tel matraquage médiatique, la logique et la raison se perdent, et nul n'en saura jamais plus. Combien d'études pertinentes sont tombées dans l'oubli de par le spectre de la morale? Si à priori, il existe des différences morphologique entre noirs et blanc, rien n'interdit de penser qu'il en existe sur la configuration cérébrale, et partant, sur certaines capacités cognitives. Après tout, il existe bien de telles différences entre hommes et femmes. C'est seulement qu'elles ne sont pas si importantes que ça, que l'un dans l'autre, chacun y gagne et chacun y perd. L'orientation, pour les hommes, le multi-task, pour les femmes, sont ainsi réputés globalement mieux maîtrisés par un genre plus qu'un autre.

Bon, il ne faudrait tout de même pas abuser


Il faut cependant bien reconnaître que cette histoire de noir bonnet et bonnet blanc sent le souffre. De tels propos globalisants, surtout de la part d'un Nobel, sont à la fois malvenus et ne reposent sur rien de concret. Il y'a des commentaires à la vérité autant que de la coupe aux lèvres. Concepts flous, affirmations non démontrées, et une forte tendance de la part du chercheur à ce genre de polémiques - car ce n'est pas le premier acte de ce semblant de comédie raciste - n'allons alors pas plus loin sous peine de médiatiser une affaire qui n'en vaut qu'une peine mineure : s'il est une chose de démontrée ici, c'est qu'on a beau être Nobel et faire ses 79 ans, on n'en reste pas moins sujet à quelques erreurs de jeunesse. On a beaucoup moins d'excuses, ceci dit.
   

Mots-clés : Nobel, racisme, intelligence



Ajouter votre commentaire

Attention, ce site n'est pas un site de psychothérapie en ligne! Avant de commenter, veuillez consulter ces conseils.
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent commenter un article.
Aucun commentaire posté
 
< Précédent