Skip to content

Psychoweb

Ecran diminué  Ecran large  Augmenter la taille de la police  Diminuer la taille de la police  Taille par défaut 
Chemin :    
Espace Communautaire
L'espace communautaire suit l'actualité des espaces personnels de chaque membre.
Category >> intelligence artificielle

mars 21
2011

Jeu d'intelligence artificielle humaine, et inversement

Ecrit par Stephane dans jeuintelligence artificielleinformatique

avatar

Le site du New York Times a récemment mis en ligne une version amusante et ergonomique du célèbre jeux de Pierre-ciseaux-papier. Dans cette version, l'humain internaute que vous êtes doit se confronter à une intelligence artificielle présentée sous deux modes : l'un, d'apprentissage, vous permet d'affronter l'IA tandis qu'elle s'adapte à la volée à vos réponses. L'autre vous permet d'affronter une IA dont les réponses se basent sur les réponses et séquences de réponses observées sur un panel de 200 000 affrontements entre IA et Joueur humain. Cette deuxième est bien évidemment plus intéressante, considérée d'une difficulté supérieure et à ce titre, créditée de la valeur d'IA "Vétéran" (par opposition à une IA Novice).

Ce type de match sous-tend pourtant un paradoxe, puisque vous êtes alors confrontés à des réponses statistiques calculées sur la base d'affrontements avec un humain. C'est donc en quelque sorte un match amical que vous disputez avec un modèle représentatif ou moyen d'humain, ce fameux humain "normal" dont on parle souvent en psychologie mais que l'on ne voit jamais...

Cette partie se révèle alors plus ardue : concevoir des réponses différentes de la norme, ne suffit pas pour gagner. Il faut être capable d'envisager la réponse "moyenne" d'un humain pour réussir à mettre en défaut la machine.

Une défaite nette face à une stratégie réccurenteLe résultat de mon premier affrontement avec la machine en est révélateur : Il a fallu 53 rounds à l'homme que je suis pour venir à bout 20 fois de la machine, après 18 ex-aequo et 15 défaites. Certes, on pourrait objecter, avec raison, que je ne suis qu'un représentant très imparfait de la race humaine, néanmoins, il faut admettre que la machine se défend. Une simple expérience consistant lors d'une nouvelle série de duel, à choisir toujours la même séquence de réponse, révèle qu'il ne faut que quelques matchs pour que la machine "comprenne" la stratégie toute humaine de son adversaire, ne lui laissant pas même l'ombre d'une indulgence dans un résultat de 20 victoires pour la machine, 2 ex-aequo et 2 défaites.

Bref, je vous invite à découvrir cette amusante transposition du Pierre-ciseaux-papier sur le site du New York Times . Ce n'est certes pas ce qu'on fait de mieux en matière d'IA, mais on s'amuse volontiers quelques minutes.

A noter : une partie effectuée complètement au hasard est censée donner un résultat ex-aequo, en théorie. En pratique, l'humain est bien connu pour ne pas répondre dans le cadre des lois du hasard. Ainsi, bien que cela puisse se rencontrer par hasard, un humain à tendance à, par exemple, ne jamais donner 4 ou 5 fois de suite la même réponse. Il en résulte que, dans le cas d'humains essayant de choisir au hasard leurs réponses, c'est quasiment toujours la machine qui gagne...

avril 19
2008

Esprit, qui es-tu?

Ecrit par Stephane dans neurosciencesintelligence artificielleespritconscience

avatar

Récemment, j'ai eu l'occasion de répondre à une question par laquelle on me demandait ce que je croyais être l'esprit, l'âme, etc... Une fois n'est pas coutume, laissons place aux croyances, du moment qu'elles ne sont pas trop mal argumentées : je crois qu'il serait utile de faire partager cet avis pour donner une piste de réflexion qui me tient à coeur, le phénomène d'émergence dont je parle notamment dans la section Vie ou Intelligence artificielle.

[...]j’en viens néanmoins à vous demander de donner votre sentiment sur la réalité et la possible existence de l’Esprit, ce qu’ils représentent pour vous, ce qu’ils vous évoquent[...]

Ma vison de l'esprit est une dynamique. Fondée sur des théories à priori physiques qui se sont transposées expérimentalement à l'intelligence artificielle puis à la neurobiologie. Il me faut expliquer deux ou trois choses :

Déjà, le jeu de la vie. 1970, John Conway. il invente une grille dans laquelle chaque carré est une cellule. elle peut être vivante (noire) ou morte (blanche).
2 uniques règles :

- si au tour n, une cellule est entourée de 3 congénères vivants (diagonales comprises), elle nait ou survit, et est alors vivante au tour n + 1
- dans tous les autres cas, la cellule meurt, soit par isolement, soit par surpopulation.

grâce à ces deux règles uniques, simples, qui s'appliquent seulement à chaque cellule une par une, en laissant évoluer la grille, on voit parfois apparaitre des organisations, par exemple, des structures (groupes de cellules) qui périodiquement, reprennent la même forme et sont donc immortelles. D'autres sont plus longues sans être immortelles, mais peuvent avoir des propriétés étranges...


Par exemple, un groupe de 5 cellules nommé planeur se déplace d'une case et reprend sa forme initiale toutes les 5 itérations... Un autre groupe plus imposant nommé "Canon"produit périodiquement des planeurs...


Ce jeu est a mis à jour un concept puissant : c'est le révélateur du phénomène d'émergence, brillamment retranscrit dans l'aphorisme célèbre : le tout est + que la somme des parties : avec seulement des parties et des règles qui s'appliquent à des parties, on assiste à l'émergence de structures d'organisation supérieure...

Ainsi en pourrait-il aller des neurones : si chacun pris séparément n'implique rien (sinon être actif ou inactif, plus ou moins longtemps et fréquemment, etc...) un groupe entier de neurones possède une dynamique : qu'on en allume un et la vague peut se propager, il existe même des structures tout aussi périodiques que dans le jeu de la vie, avec des groupes de neurones A qui s'allument, allument alors un groupe B, qui a pour conséquence d'allumer un groupe C et qui lui même a conséquence d'allumer le groupe A après une durée plus ou moins longue... ce sont par ailleurs ces "compteurs" qui sont à l'origine des cycles! les cycles nycthéméraux, les cycles circadiens, celui du sommeil, par exemple!


Autrement dit, Descartes autant que ses détracteurs ont peut être une vision trop dichotomique des points de vue à propos de corps et d'esprit, il n y'a ni besoin ni logique à concevoir soit la dualité de l'âme et du corps, soit un point de vue strictement réductionniste. Il existe une alternative : expliquer l'apparition d'un esprit et d'une conscience à partir de substrats neurologiques qui n'impliquent pas, tels quels, cette apparition, mais dont la dynamique l'amène. L'esprit ne serait pas, dans cette optique, un ensemble de neurone, mais une organisation en état d'activité. Et c'est le fait que cet ensemble soit actif et qu'il possède une dynamique qui fait de lui quelque chose d'à la fois "impalpable" mais réel. La réalité ne se limite pas à des objets concrets, elle englobe aussi des interactions, des informations, des mouvements. Et des interactions créés, pourraient émerger l'esprit.

 

Le sujet vous intéresse-t-il au point que j'en écrive quelques articles?