Skip to content

Psychoweb

Ecran diminué  Ecran large  Augmenter la taille de la police  Diminuer la taille de la police  Taille par défaut 
Chemin :    Accueil arrow News arrow Derniers Articles arrow Psychopathologie arrow Les Modèles Cognitivo-comportementaux
Les Modèles Cognitivo-comportementaux Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Section : articles, Catégorie : psychopathologie

Proposé par Stephane Desbrosses, le 20-12-2007



Les modèles cognitivo-comportementaux se basent sur l'idée selon laquelle nous avons eu de mauvais apprentissagesL’intégration en psychopathologie du modèle comportemental a conduit à l’élaboration de techniques thérapeutiques basées sur le modèle Stimulus entraîne Rép et sur les lois de l’apprentissage.

Ils prennent leurs racines dans la théorie béhavioriste (comportementale : conditionnement classique et opérant). Il y a un fort développement de ce courant en psychopathologie dans les années 40 : certains auteurs ont pris consciences des insuffisances des modèles psychanalytiques. Ils se sont alors appuyés sur les travaux de Pavlov pour expliquer les comportements anxieux (surtout phobiques). Le courant s’appuie lui-même sur le schéma classique (Stimulus > réponse) : le comportement pathologique est déclenché par un stimulus particulier, qui obéit aux lois de l’apprentissage.

L’intégration en psychopathologie du modèle comportemental a donc conduit à l’élaboration de techniques thérapeutiques basées sur le modèle StimàRép et sur les lois de l’apprentissage.

Dans les années 60, les cognitivistes intègrent l’esprit humain dans le schéma classique, on ne parle plus de modèle comportemental, mais cognitivo-comportemental. Les cognitivistes ont donc rajouté un niveau supplémentaire : l’esprit humain, qui est considéré comme un système de traitement de l’information. Plus récemment, les travaux des neurosciences ont enrichi le schéma en s’intéressant à l’organe qui sous-tend les processus cognitifs, le cerveau.

Le premier modèle est élaboré par Beck : c’est le premier auteur qui crée un modèle cognitivistes concernant les troubles dépressifs. Dans son modèle, on suppose que le patient déprimé présente des erreurs dans le traitement de l’information, erreurs qui entraînent généralement une vision négative de lui-même, du monde environnant et du futur. Ces trois aspects du fonctionnement cognitif du déprimé correspondent à une lecture cognitive des symptômes présentés par ces patients (à l’origine, Beck remarque que les rêves de ces patients sont négatifs, c’est donc l’instauration de la première thérapie cognitivo-comportementale).

On trouve un autre type de thérapie cognitivo-comportementale en France, concernant les troubles anxieux, les dépressions et les obsessions.

Ces thérapies sont différentes de la thérapies psychanalytique, dans l’approche : l’objectif est d’éliminer d’emblée les symptômes présentés par le patient. Pour cela, le thérapeute cognitif agit sur trois niveaux
  • Sur le comportement, le plus souvent à l’aide de méthodes développées par les modèles comportementaux basés sur l’apprentissage.
  • Sur la modification de la pensée et donc du fonctionnement cognitif : l’objectif est d’apprendre aux patients à construire des interprétations alternatives en référence aux événements que vit le patient
  • Sur le niveau émotionnel, en modifiant comportement et fonctionnement cognitif, cela influe sur ce niveau émotionnel.

Source : Cours de psychologie clinique - première année - Université de Dijon
   

Mots-clés : cognitivo-comportemental, modèles, psychologie clinique, théories



Ajouter votre commentaire

Attention, ce site n'est pas un site de psychothérapie en ligne! Avant de commenter, veuillez consulter ces conseils.
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent commenter un article.
Aucun commentaire posté
 
< Précédent   Suivant >