Skip to content

Psychoweb

Ecran diminué  Ecran large  Augmenter la taille de la police  Diminuer la taille de la police  Taille par défaut 
Chemin :    Accueil
Tomber amoureux de son thérapeute, c'est Freudien ou Skinnérien? Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Section : news, Catégorie : reflexions-actus

Proposé par Stephane Desbrosses, le 24-03-2008



Banc spécial pour attente de transfertCela dépend surement du thérapeute en question, mais un point pourrait être éclairci par de récentes recherches ayant quelques retombées sur la question du transfert. Dans la suite de l'article "Regardez cette tâche d'encre, vous y voyez quoi?", présentant les fondements cognitifs du mécanisme de projection, le transfert va-t-il également tomber sous le scalpel des cognitivistes?

Si elle fait partie des légendes de la psychanalyse, l'idée selon laquelle les patients tombent amoureux de leur psychothérapeute est tenace, et n'est pas arrivée par hasard... Le transfert consiste généralement en l'attribution envers le thérapeute de sentiments et d'émotions que le patient éprouvait naguère pour des personnes qui leur étaient particulières. Il se trouve que souvent, d'autant plus du point de vue psychanalytique, ses sentiments étaient bienveillants, soit dit en euphémisme... Le transfert, selon cette théorie psychanalytique, est l'une des bases de l'efficacité d'une psychothérapie analytique.

Aujourd'hui, on vous transfère gratis 

Ainsi, Freud songeait au transfert comme partie fondamentale des processus se déroulant lors de la psychanalyse, il en signait un des constats du bon déroulement et de la fin proche de la cure psychanalytique. Le transfert s'opère lorsque le patient substitue à la relation qu'il entretient avec le thérapeute, sa relation conflictuelle passée (souvent avec la mère ou le père) qui constituait la racine de ses problèmes actuels. Une fois le transfert établi, le patient est alors plus à même de se remémorer les moments clés à l'origine de sa névrose, ce qui conduit plus facilement à la résolution de ses conflits actuels, et à la guérison.

Plus récemment, Susan Andersen et ses collègues ont offert une explication sensiblement différente au phénomène de Transfert... Selon cette équipe, le Transfert serait avant tout affaire de stéréotype : il serait vécu constamment par chacun, que l'on soit en bonne santé mentale ou non. Pour qu'un transfert s'opère, il suffirait seulement que vous rencontriez quelqu'un qui vous rapelle le souvenir d'une personne que vous aviez beaucoup appréciée, un membre de la famille, un(e) amoureux(se), un(e) ami(e)... Dès lors que quelques traits communs caractérisent la nouvelle personne rencontrée et l'ancienne que vous aviez tant aimée, le transfert s'initie, entrainant la mauvaise application des traits connus de la première sur la seconde... Ce qui est caractéristique des stéréotypes : Ceux-ci nous amènent à préjuger des traits de personnes ou de groupes sur la base d'anciennes expériences. Et c'est bel un bien un mécanisme cognitif que chacun vit... Le transfert pour tous?

L'étude réalisée par Andersen était fort simple : elle demandait à des volontaires de décrire l'une des personnes importantes qui ont marqué leur vie. Après un certain délai, on leur demandait de lire la description d'un étranger dont plusieurs traits étaient communs avec la description qu'ils avaient faites d'un ami ou d'un ancien amour... C'est là que se corse l'affaire : comment juger dès lors du transfert effectué? Simplement à l'aide de tests de mémoire : on demandait aux sujets de se souvenir de la description qu'ils avait lu, puis on leur demandait de répondre à des questions concernant les traits de personnalité de cette personne. Les sujets avaient dès lors tendance à se remémorer des traits appartenant à leurs anciens amis/amours quand il n'en était nullement fait mention dans la description qu'ils avaient lue!

Freud, Andersen, c'est le même transfert?

L'une des différences essentielles entre la description que fait Freud du Transfert, et celle qu'en fait Susan Andersen, concerne l'état mental du sujet/patient : Selon Andersen, le transfert "cognitif" se produit d'autant mieux que le sujet se laisse aller à ne pas trop réfléchir à la situation... Pour Freud, le transfert demande un effort de concentration et d'introspection important. Qu'en est-il? Arie Kruglenski et Antonio Perro réalisèrent une astucieuse expérience afin de déterminer l'explication la plus sensée.

Il demandèrent ainsi à 42 étudiants d'indiquer par un questionnaire s'ils se sentaient plus efficaces le matin ou le soir, pour travailler et réfléchir. De même que dans l'expérience d'Andersen, on leur demandait la description d'une personne qu'ils avaient beaucoup appréciée, et d'en noter les traits principaux (une vingtaine) ainsi que 12 traits de caractères neutres ou ne lui appartenant pas du tout. Deux semaines plus tard, les étudiants étaient invités à se proposer pour une seconde expérience présentée comme n'ayant aucun rapport avec la précédente. La moitié d'entre eux passaient l'expérience le matin à 8 heures, l'autre moitié, le soir à 19 heures... chaque groupe (les tardifs, les matinaux) fut également divisé de cette manière, une moitié de matinaux passant l'expérience le matin, l'autre moitié le soir, et vice versa. On leur faisait lire la description d'une personne qui leur était étrangère, description qui contenait soit 8 items de la liste que ces sujets avaient attribué deux semaines auparavant à une personne qu'ils aimaient, soit 8 items d'une liste appartenant à un autre participant.

Après une pause de distraction, on leur demandait, à partir d'une nouvelle liste de 15 items, de différencier ceux qui étaient présents dans la description lue quelques minutes auparavant, ceux qui s'appliquaient à leur ancien ami/amour, ou ceux qui ne s'appliquaient ni à l'étranger, ni à l'ancien ami/amour.

Nouvelles personnes mais mêmes souvenirs... 

Les auteurs comptabilisaient alors les "fausses alarmes" :  les items (traits de caractère ou de personnalités) appartenant à l'ancien ami/amour du sujet, que les sujets attribuaient faussement à la personne étrangère sans qu'il n'en fut mention dans la description de celle-ci...

Fausses attributions de traits de personnalité


Les résultats sont clairs : lorsque les étudiants étaient testés au meilleur de leur forme et de leur concentration (les "matinaux" testés le matin, les "tardifs" testés le soir), il  n'y avait pas de réelles différences entre le nombre de fausses alarmes, que la description soit celle d'un étrangers totalement étrangers ou de quelqu'un qui ressemblait à l'ancien ami/amour. Mais lorsque les matinaux et les tardifs étaient testés à l'heure de la journée qui leur correspondait le moins... un pattern totalement différent de résultat émergeait : l'étranger dont ils avaient lu la description se retrouvait beaucoup plus similaire à la personne importante surgie de leur passé. Les sujets commettaient beaucoup plus d'erreurs en attribuant aux étrangers des traits appartenant à leurs anciens amis/amours...

Dans cette expérience, le transfert se  produit au moment où les personnes sont le moins concentrées, au moment ou elles ne sont pas "au top" de leurs capacités cognitives. Les personnes naturellement concentrées le matin sont plus portées à se laisser aller à des raisonnements stéréotypiques le soir (et donc, selon les auteurs, à des "transferts"), et vice versa. L'effet disparait lors de la période ou la concentration est maximale... Il n'en faut pas davantage aux auteurs pour exprimer quelques doutes et révisions à la théorie freudienne : le transfert ne semble pas provenir d'un effort de concentration et d'introspection, mais plutôt par le biais d'absence de concentration... Bien entendu, le concept de transfert n'est pas remis en cause, et même confirmé par les résultats de cette expérience, qui le nuancent, toutefois.

Oserais-t-on en conclure que pour un bon transfert, comportez-vous avec votre moitié, comme les personnes qu'il ou elle a aimé, lorsque la fatigue survient?... 


Source : Kruglanski, A.W., Pierro, A. (2008). Night and Day, You Are the One: On Circadian Mismatches and the Transference Effect in Social Perception . Psychological Science, 19(3), 296-301. Reporté par le Cognitive Daily

   

2 commentaire(s)

Ecrit par: Claire Langier le 24-03-2008

Il n'est pas évident qu'il s'agisse de deux mêmes processus, mais c'est toujours un plaisir de te lire!

 

Ecrit par: Carnegie le 25-03-2008

Ce n'est pas tant que les concepts introduit en psychanalyse soient faux, il me semble qu'ils ont pour la plupart des fondements, et même à envisager que la psychanalyse soit purement subjective, ça n'a jamais été un argument correct. La subjectivité ne signifie pas la fausseté, et le fait qu'on établisse par la pensée ou le raisonnement des idées ou des théories sans les analyser ou les valider "scientifiquement" ne signifie pas quelles soient fausses. Les plus rigoureux des scientifiques qui clament haut et fort que la subjectivité ou l'absence de validation empirique rend inefficiente n'importe quelle théorie, n'ont pas eux même attendu de mesurer la force de gravité pour croire dur comme fer que s'ils lâchent leur café du matin, celui-ci va tomber :) ils en auraient été tout aussi convaincus à d'autres époques, surement. 
 
Aussi, je trouve tout à fait intéressant de se pencher sur les concepts de psychanalyse du point de vue des apports nouveaux dans les disciplines connexes. J'ai beaucoup de mal à "croire" en la psychanalyse, mais je crois savoir que la rejeter en bloc sans y réfléchir n'est pas plus une attitude scientifique que d'y adhérer sans réfléchir. ça vaut le coup de l'étudier pour en tirer la lie du vin et garder le bon. Envisager les concepts habituels de manière différente procure un grand plaisir dans l'écriture, tant mieux s'il en est de même pour ceux qui lisent, merci pour ces encouragements :)

 


Ajouter votre commentaire

Attention, ce site n'est pas un site de psychothérapie en ligne! Avant de commenter, veuillez consulter ces conseils.
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent commenter un article.
 
< Précédent   Suivant >

Identification

  • Psycho 2.0
  • Psycho 2.0
  • Psycho 2.0

Derniers commentaires

L'exhibitionnisme,... : Bonjour, je ne suis pas un ancien de... Par itamaug
L'exhibitionnisme,... : Bonjour Neuneune, Je me réjouis de... Par Furet
L'exhibitionnisme,... : Bonsoir à vous. Avant de venir ici,... Par Neuneune
Listes de phobies réelles...... : oups voici le lien de l'article sur les... Par ola
Listes de phobies réelles...... : C'est plutôt une liste super... Par ola