Skip to content

Psychoweb

Ecran diminué  Ecran large  Augmenter la taille de la police  Diminuer la taille de la police  Taille par défaut 
Chemin :    Accueil arrow News arrow Un pionnier du langage inter-espèce disparait
Un pionnier du langage inter-espèce disparait Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Section : news, Catégorie : rumeurs-et-faits

Proposé par Stephane Desbrosses, le 13-12-2007



Souvenir de Washoe, le singe doué de paroleWashoe, le premier chimpanzé ayant appris un langage humain, vient de mourir à l'âge de 42 ans. La communication inter-espèce perd là son plus ancien représentant...

La femelle Washoe fut le premier réel succès de l'apprentissage du language par un non-humain. Destinée à l'origine, aux expériences spatiales de la NASA, elle fut recueillie en 1966 par les époux Gardner qui l'emmenèrent dans leur maison familiale, à Reno (Nevada), et entreprirent d'apprendre à Washoe, le langage des signes utilisé par les sourds-muets.

Au bout de deux ans, Washoe connaissait une trentaine de signes. Par exemple, elle savait faire le geste exprimant la soif (tendre le pouce et l'incliner vers la bouche). Elle apprit assez vite à associer plusieurs signes, comme "toi - donner - bonbon - moi". Après avoir appris une centaine de signes, Washoe fut transférée dans un centre d'Oklahoma où R. Fouts la mit en présence de plusieurs congénères. Bien que le langage des signes fut partiellement appris par ceux-ci, ils ne s'en servaient que lorsque des humains étaient présents : probablement, la rencontre avait eu lieu trop tardivement pour que les congénères apprennent à se servir du langage humain entre eux. Il fallait donc que les chimpanzés apprennent dès leur plus jeune âge à communiquer avec le langage des signes.

L'expérience eu lieu en 1979 grâce à l'adoption par Washoe de Loulis, un chimpanzé orphelin, auquel elle apprit à communiquer par le langage des signes. Loulis appris également à associer plusieurs signes et à catégoriser les éléments (par exemple, un verre désigné par le signe "verre" était automatiquement généralisé à tout type de verre). Cela signait la possibilité de ces chimpanzés à transmettre à la génération suivante une méthode communicationnelle complexe et surtout symbolique. Ainsi, Washoe et son fils adoptif montraient que le langage symbolique et sa transmission ne sont pas le propre de l'homme. Quant à Washoe elle même, elle connaissait à sa mort environ 250 signes, principalement des signes exprimant des actes concrets toutefois.

Washoe a été le sujet d'un livre publié par Fouts en 1997 : Proche parenté, ce que les chimpanzés m'ont appris sur ce que sont les humains.

 



En savoir plus?

    * Washoe et ses congénères (eng)
    * Washoe sur Wikipedia (fr)

 

   


Ajouter votre commentaire

Attention, ce site n'est pas un site de psychothérapie en ligne! Avant de commenter, veuillez consulter ces conseils.
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent commenter un article.
Aucun commentaire posté
 
< Précédent   Suivant >