Skip to content

Psychoweb

Ecran diminué  Ecran large  Augmenter la taille de la police  Diminuer la taille de la police  Taille par défaut 
Chemin :    Accueil
Criminologie : tueurs en série et vol du bourdon Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Section : news, Catégorie : Insolite

Proposé par Aurelie Lamberet, le 19-08-2008



Les tueurs en série fascinent et terrifientY'aurait-il un point commun entre un bourdon, un ouragan... et un tueur en série? L'une des méthodes classiques du Profiling, introduite dans les années 80 par Kim Rossmo, détective et professeur à l'University Center for Geospatial Intelligence and Investigation, va pouvoir s'inspirer de certaines recherches animalières visant à étudier le comportement de chasse ou de collecte de ressources.

La sauvegarde du nid, l'oeil de l'ouragan 

Le sens de l'orientation chez les insectes sociaux tels que les abeilles et leurs fameuses danses ou les bourdons, est légendaire, et nécessaire : quand le bourdon sort de sa ruche en quête de fleurs à butiner, il parcourt directement une distance conséquente afin de rechercher des cibles, mieux vaut alors savoir bien s'orienter pour trouver la nourriture, et surtout revenir au nid... Mais pourquoi aller si loin pour trouver de nouvelles sources de nourriture, quand il s'en trouve déjà à quelques mètres seulement de la ruche?

Profiling geographique, les nids tueur en sérieL'environnement est un défi constant à la survie. Qu'un prédateur repère le nid, et ç'en est fini de la colonie. Aussi, le vol des bourdons respecte une zone tampon autour de leur zone d'habitat, que ces insectes ne survolent que le minimum de temps nécessaire à leur activité. Moins ils volent et butinent près du nid, moins celui-ci a de chances de se faire repérer... Ainsi en est-il également pour les tueurs en série : que le phénomène soit conscient ou non, ceux-ci établissent généralement un périmètre de sécurité autour de leur lieu de travail, de leur maison... Une zone dans laquelle la probabilité qu'ils commettent un crime s'affaiblit. L'oeil calme de l'ouragan...

Un modèle de crime en série : le Geographic Profiling (GP) ou Profilage géographique

Le phénomène est pris en compte par un modèle informatique de profiling [1] réalisé dans les années 1980 par le détective Kim Rossmo. Ce modèle permet de définir un profil géographique des lieux fréquentés habituellement par les tueurs en série. Il a notamment été utilisé dans les cas du BTK Killer, Dennis Rader et celui des D.C. Snipers, Jonh Allen Muhammad et Lee Boyd Malvo. Le Profiling géographique s'étend à d'autres crimes que les meurtres en série : attentats, viols ou violences... et il est même efficace pour décrire, désormais, certains comportements animaliers tels que la collecte du bourdon ou la chasse chez certains prédateurs.

Les bourdons marqués de Nigel RaineC'est ce que montre une étude rapportée en juillet 2008 par le Royal Society journal Interface, conduite par le Dr Nigel Raine, de la Queen Mary University of London. Assisté par son collègue Steve Le Comber et Kim Rossmo, il a "numéroté" des bourdons afin d'observer leur comportement de collecte, et a ainsi pu montré que les membres d'une ruche délaissaient volontairement une zone autour du nid, dans laquelle ils ne butinaient pas. Une stratégie de sauvegarde importante pour éviter que la ruche ne soit repérée par d'éventuels prédateurs ou parasites...

Ethologie ou criminologie?

Cette approche de recherche s'était déjà vu appliquée au comportement des chauves-souris et, dans une étude à venir, à celui des grands requins blancs. Un modèle de comportement criminel s'est donc vu adapté et adopté, afin de décrire des comportements animaux... et vice-versa! Les études animalières représentent en effet l'espoir d'améliorer le modèle GP : en ce qui concerne les animaux, on peut modifier l'environnement au gré des recherches : diminuer le nombre de proies disponibles, rendre plus difficile leur butinage ou leur capture (comme le ferait une alerte dans le cas de crimes en série), augmenter le nombre de prédateurs, etc, etc... De nombreuses modifications de variables expérimentaeles que l'on ne peut bien sûr pas s'autoriser dans le cas de crimes en série, pour lequel l'arrestation du criminel est prioritaire à l'étude de son comportement - et l'on comprend pourquoi...

Bien qu'il soit plus compliqué de comprendre ce qu'il se passe dans la tête d'un criminel, que de comprendre en quoi la position des fleurs va influencer le comportement du bourdon, cette mise en commun des savoirs et recherches de l'éthologie et de la criminologie peut amener à affiner le modèle de comportements criminel humains, remplaçant par exemple les fleurs du bourdon par les voitures volées, les délits perpetrés où les lieux où ont été vues pour la dernière fois les victimes...

Encore une fois, la recherche démontre que la psychologie a tout à gagner à étendre ses travaux en complémentarité avec d'autres disciplines, plutôt que de rester, comme elle le fait bien trop souvent, enfermée dans ses propres acquis... 


Source : Raine, N., Rossmo K., Le Comber S. ( 2008) Geographic profiling applied to testing models of bumble-bee foraging, Journal of Royal Society Interface (Télécharger l'article en Pdf)

[1] Profiling est souvent traduit en Français par "Profilage" 

   

2 commentaire(s)

Ecrit par: Claire Langier le 20-08-2008

Quels sont les principaux critères du GP? Intéressant sujet ;) et 
 
Citation
Encore une fois, la recherche démontre que la psychologie a tout à gagner à étendre ses travaux en complémentarité avec d'autres disciplines, plutôt que de rester, comme elle le fait bien trop souvent, enfermée dans ses propres acquis...
 
 
Ce n'est pas moi qui te contredirais!

 

Ecrit par: Aurelie le 21-08-2008

Je ne sais pas ce que tu entends par critères, mais je ferais passer dans le groupe des auteurs un résumé de cette technique que j'ai écrit il y'a quelques temps. Si tu parles de la méthodologie à conduire pour faire un profil géographique correct, de nombreux éléments peuvent être pris en compte, allant de chaque scène de crime jusqu'au endroits très fréquentés par les victimes, le type de zones dans lesquelles les délits sont commis, etc... On étudie plusieurs paramètres comme le trafic (routier, transport en commun)... qui permettent d'affiner la localisation. On obtient alors une carte de densité de probabilité qui permettent d'optimiser ou faciliter les futures investigations. Je ferais passer ça dans un des groupes de travail du site ;)

 


Ajouter votre commentaire

Attention, ce site n'est pas un site de psychothérapie en ligne! Avant de commenter, veuillez consulter ces conseils.
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent commenter un article.
 
< Précédent   Suivant >

Identification

  • Psycho 2.0
  • Psycho 2.0
  • Psycho 2.0

Derniers commentaires

L'exhibitionnisme,... : Bonjour, je ne suis pas un ancien de... Par itamaug
L'exhibitionnisme,... : Bonjour Neuneune, Je me réjouis de... Par Furet
L'exhibitionnisme,... : Bonsoir à vous. Avant de venir ici,... Par Neuneune
Listes de phobies réelles...... : oups voici le lien de l'article sur les... Par ola
Listes de phobies réelles...... : C'est plutôt une liste super... Par ola