Skip to content

Psychoweb

Ecran diminué  Ecran large  Augmenter la taille de la police  Diminuer la taille de la police  Taille par défaut 
Chemin :    Accueil arrow News arrow Endormir l'insula pour lutter contre l'addiction
Endormir l'insula pour lutter contre l'addiction Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Section : news, Catégorie : actualite-recherche

Proposé par Stephane Desbrosses, le 13-12-2007



Le lobe de l'insulase situe sous les replis du lobe temporalC'est l'expérimentation que s'est proposée une équipe chillienne de l'université pontificale catholique de Santiago, dirigée par Fernando Torrealba. Les chercheurs ont artificiellement endormi le cortex insulaire de rats préalablement rendus dépendants aux amphétamines...

... Pour constater que ces rats, ayant des croquettes amphétaminées à disposition, ne se sont pas sentis le besoin d'en absorber, une fois le cortex de l'insula "endormi" par un produit psychotrope ciblant spécifiquement les neurones de cette région cérébrale. Dès que l'effet du psychotrope se dissipait, les rats revenaient consommer la nourriture contenant des amphétamines.

Dans une étude précédente, le Dr Antoine Bechara de l'Université du Californie du Sud montrait, après observation de 69 fumeurs et non fumeurs, que la lésion de l'insula atténuait les sensations de manque et le désir de refumer. Il signalait par là le rôle de l'insula dans les comportements et sensation de dépendance.

Le cortex insulaire se trouve profondément enfoui sous les replis des lobes temporaux. En relation avec le système interoceptif (sensations provenant de l'intérieur du corps), il renseigne le cerveau sur les besoins physiologiques de l'organisme, et ainsi que le montre cette étude, sur les besoins physiques qu'induisent les amphétamines et probablement d'autres substances comme la nicotine.

L'anesthésie par psychotrope de l'insula possède de plus le mérite de limiter les effets secondaires de certains traitements touchant les viscères : ainsi, les chercheurs chilien ont montré que l'"endormissement" insulaire atténuait voire supprimer les maux de ventre parfois constatés avec l'absorption de lithium, médicament utilisés dans le traitement de la psychose maniaco-dépressive.

Ainsi que l'explique Torrealba, cette expérience montre que le cortex insulaire joue un rôle dans la perception des émotions et des besoins du corps. Il représente un pont entre le besoin physiologique et l'activité cérébrale du cortex préfrontal qui déterminera la prise de drogue. Cela laisse présager de nouveaux types de traitements contre l'addiction, mais également contre les effets secondaires de médicaments touchant les viscères.
 

 
   

Mots-clés : insule, lobe, cérébral, cerveau, drogues, dépendances, addiction



Ajouter votre commentaire

Attention, ce site n'est pas un site de psychothérapie en ligne! Avant de commenter, veuillez consulter ces conseils.
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent commenter un article.
Aucun commentaire posté
 
< Précédent   Suivant >