Skip to content

Psychoweb

Ecran diminué  Ecran large  Augmenter la taille de la police  Diminuer la taille de la police  Taille par défaut 
Chemin :    Accueil arrow Communauté
Espace Communautaire
L'espace communautaire suit l'actualité des espaces personnels de chaque membre.
Category >> compétition

juin 28
2008

Exclusion, agression, même compétition pour filles et garçons

Ecrit par Aurelie dans psychologie socialehomme-femmecompétitionagression

avatar

Les garçons sont-ils réellement plus portés à la compétition que les filles? Une idée reçue et contredite par une expérience amusante de la psychologue Joyce F. Benenson. Les Jeunes filles n'ont pas moins cet esprit de compétition, mais l'expriment de manière plus subtile. Dans une étude datant du 16 juin 2008, dans la revue «Journal of Animal Behavior», Joyce montre que les filles usent de stratégies d'exclusion contre une rivale ou une adversaire, tandis que les garçons, classiquement, préfèrent l'agression aux subtilités.

Pour étudier les situations de compétition, Joyce et son équipe ont testé 87 enfants de moins de 4 ans de l'Emannuel College (Etats-Unis) répartis en groupe de trois, soit 15 triplettes de filles et 14 triplets de garçon, auxquels on donnait soit 3, soit 2, soit une seule peluche.

Les constatations sont simples : lorsqu'il y'a deux ou trois peluches, aucun contexte de compétition n'est décelable, garçon et filles se comportent de la même façon, et le groupe ne connait que peu de tensions. Dans le cas ou le groupe de trois enfants ne recevait qu'une peluche, ces enfants rentraient immédiatement en compétition pour l'obtenir.

Tandis que les garçons manifestaient leur volonté d'obtenir cette peluche, soit en la demandant, soit par l'agression pure et simple, les filles opéraient de manière détournée. Elles se moquaient de la détentrice de la peluche, lui cachaient l'objet, ou plus généralement, l'excluaient. Toute leur stratégie se basait sur l'exclusion plutôt que l'agression...

On a tôt fait de reconnaitre en ce comportement les bases de comportements ultérieurs : Benenson pense qu'ils expliquent que les filles sont généralement plus jalouses entre elles que ne le sont les garçons entre eux. Les rivalités vont bon train et s'exercent lors de stratégies moins individualistes que celles des garçons, mais la compétition est belle et bien présente!


Identification

Articles populaires cette semaine

Communauté

Derniers Articles Personnels

Catégories
2010, agression, alcool, Alzheimer, analyse des médias, Anzieu, biologie, burn-out, Canada, cerveau, chirurgie, cognition, communication, compétition, conditionnement, conscience, cortex préfrontal, couple, Criminologie, dopamine, drogues, décret, dégénérescence, enfant, esprit, ethologie urbaine, Futur, Gilles de la Tourette, gouvernement, génétique, historique, homme-animal, homme-femme, Humain, infidélité, informatique, intelligence artificielle, internet, intuition, IRM, jeu, jeu video, langage, livres, logique, manipulation, Master, Medecine, mensonge, menteur, médicament, Nanotechnologies, neurophysiologie, neuropsychiatrie, neuropsychologie, neurosciences, news, OGM, Paranoïa, police, Pratique clinique, presse, psyblogs, psychanalyse, Psychologie, psychologie animale, psychologie clinique, psychologie cognitive, psychologie du travail, psychologie quotidienne, psychologie sociale, psychopathologie, psychothérapeute, psychotropes, Rapports publics, rapports sexuels, Religion, revues, revues électroniques, Réalité Virtuelle, récompense, sexologie, soldats, sommeil, sport, stress, subliminal, suicide, surdité, syndrome, TDAH, television, Test, Thérapie, TOC, vieillesse, vieillissement, vision, Web, winnicott, électroencéphalogramme, épuisement, éthologie