Skip to content

Psychoweb

Ecran diminué  Ecran large  Augmenter la taille de la police  Diminuer la taille de la police  Taille par défaut 
Chemin :    
Espace Communautaire
L'espace communautaire suit l'actualité des espaces personnels de chaque membre.
Category >> agression

mars 28
2009

La pédophilie

Ecrit par marlène Fouchey dans policeagression

avatar

Après une définition de la pédophilie, nous aborderons la description clinique de cette paraphilie, constatant qu'il existe à l'heure actuelle de nombreuses classifications des pédophiles, illustrant le fait qu'il s'agit avant tout d'une pratique tabou dont l'ampleur reste méconnue. Nous reviendrons enfin sur quelques points juridiques concernant les agressions sexuelles sur les enfants.

1. Un peu de vocabulaire

« Pédophilie » est un terme générique désignant un comportement qui se traduit par une attirance érotique à l'égard des enfants dans le cercle familial ou en dehors de lui. Le pédophile est un individu qui est attiré sexuellement et de manière irrépressible par un mineur, le plus souvent impubère.

Etymologiquement, «pédophilie » vient du grec « pais, paidos » , « enfant » et « philien », « aimer d'amitié », sans qu'il y ait de connotation sexuelle. Il s'agit d'un terme d'emploi relativement récent, datant de la fin du XIXème siècle. Ce terme est différent de celui de « pédérastie ». Il s'agit une notion antique désignant le désir amoureux (sexuel) de l'homme adulte pour un jeune garçon. C'est par un abus de langage qu'au XIXème siècle, le terme pédérastie fut pris pour équivalent du mot homosexualité qui correspond à des relations sexuelles entres adultes consentants de même sexe. La pédérastie, rite initiatique grec afin de perpétuer la transmission de l'identité virile et citoyenne ne peut en aucun cas être prise pour un antécédent des pratiques pédophiles contemporaines.

Les chiffres recueillis sur la fréquence des actes pédophiles sont loin d'estimer la réalité compte tenu du silence qui entoure ce phénomène :

  • 1995 : 5 500 cas de pédophilie avérés par la police
  • 2000 : 5 500 cas de pédophilie avérés par la police

voir la suite...:

http://psychologie-m-fouchey.psyblogs.net/?post/342-La-pedophilie

juin 28
2008

Exclusion, agression, même compétition pour filles et garçons

Ecrit par Aurelie dans psychologie socialehomme-femmecompétitionagression

avatar

Les garçons sont-ils réellement plus portés à la compétition que les filles? Une idée reçue et contredite par une expérience amusante de la psychologue Joyce F. Benenson. Les Jeunes filles n'ont pas moins cet esprit de compétition, mais l'expriment de manière plus subtile. Dans une étude datant du 16 juin 2008, dans la revue «Journal of Animal Behavior», Joyce montre que les filles usent de stratégies d'exclusion contre une rivale ou une adversaire, tandis que les garçons, classiquement, préfèrent l'agression aux subtilités.

Pour étudier les situations de compétition, Joyce et son équipe ont testé 87 enfants de moins de 4 ans de l'Emannuel College (Etats-Unis) répartis en groupe de trois, soit 15 triplettes de filles et 14 triplets de garçon, auxquels on donnait soit 3, soit 2, soit une seule peluche.

Les constatations sont simples : lorsqu'il y'a deux ou trois peluches, aucun contexte de compétition n'est décelable, garçon et filles se comportent de la même façon, et le groupe ne connait que peu de tensions. Dans le cas ou le groupe de trois enfants ne recevait qu'une peluche, ces enfants rentraient immédiatement en compétition pour l'obtenir.

Tandis que les garçons manifestaient leur volonté d'obtenir cette peluche, soit en la demandant, soit par l'agression pure et simple, les filles opéraient de manière détournée. Elles se moquaient de la détentrice de la peluche, lui cachaient l'objet, ou plus généralement, l'excluaient. Toute leur stratégie se basait sur l'exclusion plutôt que l'agression...

On a tôt fait de reconnaitre en ce comportement les bases de comportements ultérieurs : Benenson pense qu'ils expliquent que les filles sont généralement plus jalouses entre elles que ne le sont les garçons entre eux. Les rivalités vont bon train et s'exercent lors de stratégies moins individualistes que celles des garçons, mais la compétition est belle et bien présente!