Skip to content

Psychoweb

Ecran diminué  Ecran large  Augmenter la taille de la police  Diminuer la taille de la police  Taille par défaut 
Chemin :    Accueil arrow Psychologie Sociale arrow Concepts majeurs
Espace Communautaire
L'espace communautaire suit l'actualité des espaces personnels de chaque membre.
Espace Personnel de Fabrice
avatar Description:
Un peu de tout sur un peu tout !
Allez zieuter mon profil !

mai 28
2010

Le titre de Psychothérapeute

Ecrit par Fabrice dans psychothérapeutedécret2010

A partir du 1er juillet 2010, le titre de "Psychothérapeute" ne sera plus d'usage libre. Encore jusqu'à aujourd'hui, n'importe qui pouvait mettre une plaque "Psychothérapeute" devant chez lui.

Ce titre sera réservé aux médecins psychiatres, aux psychologues cliniciens (Master ou DESS), et à eux qui ont exercé la psychothérapie pendant plus de 5 ans.

Notons enfin qu'il est demandé aux candidats une formation de 100 heures et un stage de 2 mois s'ils sont Psychologues Cliniciens, et ni stage ni formation pour les médecins psychiatres.

Pour les autres professionnels n'étant ni médecins, ni psychologues, ni psychanalystes, il leur faudra effectuer une formation de 400 heures ainsi qu'un stage de spécialisation de 5 mois.

Le détail du décret ici : http://www.legifrance.gouv.fr/jopdf/common/jo_pdf.jsp?numJO=0&dateJO=20100522&numTexte=00024&pageDebut=00024&pageFin=

Fabrice

sep 17
2008

Système de récompense et cortex préfrontal : une meilleure compréhension du vieillissement cérébral

Ecrit par Fabrice dans vieillissementrécompensedopaminecortex préfrontalAlzheimer

Jean-Claude Dreher du Centre de neuroscience cognitive (CNRS/Université Lyon 1) en collaboration avec une équipe américaine du National Institute of Mental Health (Bethesda, Maryland) vient de montrer comment l'activité de la dopamine affecte des circuits neuronaux vitaux impliqués dans la motivation, l'apprentissage… c'est-à-dire les « circuits de la récompense ». Ils ont également démontré comment cette activité change lors du vieillissement. Ces résultats cruciaux pourraient bien, à long terme, mener à des stratégies thérapeutiques pour des maladies liées à un vieillissement anormal du cerveau, comme celle d'Alzheimer. Ces résultats sont publiés en ligne dans la revue américaine the Proceedings of the National Academy of Science (PNAS).

Dans leur étude, Jean-Claude Dreher et ses collègues ont observé le cerveau de 20 jeunes âgés d'une vingtaine d'années et celui de 13 sexagénaires. Ils ont utilisé deux puissantes techniques d'imagerie cérébrale : l'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (ou IRMf), permettant de voir les zones du cerveau activées pendant l'exécution d'une tâche ; et la tomographie par émission de positrons (TEP), capable de mesurer la synthèse de dopamine. Ils observaient le cerveau des participants pendant que ces derniers regardaient l'image animée d'une machine à sous, suivie ou non d'une image montrant un gain d'argent ; ces deux images stimulant toutes deux les circuits neuronaux de la récompense.

Les résultats ont montré chez les personnes âgées, un niveau bas de fabrication de dopamine (observé en TEP) est lié à une activation anormalement élevée du cortex préfrontal (observé en IRMf). Cette activation élevée pourrait refléter l'existence d'un système de compensation nous permettant d'avoir un circuit neuronal de la récompense fonctionnant un minimum lors de nos vieux jours ; ce dernier étant vital. De plus, quand les participants apprenaient qu'ils avaient effectivement gagné à la machine à sous, les scientifiques ont noté que deux zones du cortex frontal et pariétal s'activaient moins chez les personnes âgées que chez les jeunes. D'après Jean-Claude Dreher, cela indique que le cerveau des personnes âgées est simplement moins sensible aux récompenses en l'occurrence ici, à l'argent.

Ces données sont très importantes pour la recherche fondamentale et médicale, car jusqu'à présent chez l'homme, seules des preuves indirectes - provenant d'études cliniques - suggéraient une association entre synthèse de la dopamine et le système cérébral du traitement des récompenses. De plus, il n'existait pas de données chez l'humain démontrant l'altération de cette relation lors du vieillissement.

Source : Communiqué de presse du CNRS. http://www2.cnrs.fr/presse/communique/1418.htm

jui 01
2008

Des jumelles pour lire dans l'inconscient

Ecrit par Fabrice dans soldatsintuitionélectroencéphalogrammecortex préfrontal

Les neurosciences ont confirmé ce que la sagesse populaire sait depuis bien longtemps : notre intuition nous permet de “savoir” les choses bien avant que notre esprit conscient l’ait remarqué. Traduit en termes scientifiques, cela veut dire que notre cerveau repère des patterns, des structures dans l’environnement, avant même que nous soyons capable de les verbaliser. Reste que, souvent, l’esprit reste sourd à ces appels de notre inconscient.

Comment améliorer la communication entre les différentes parties de notre cerveau ? C’est la question que s’est posée la Darpa, avec pour objectif d’accroitre la capacité de réaction des soldats sur le terrain. Sa solution : une paire de jumelles de haute qualité associée à un électroencéphalogramme. Lorsqu’un combattant observera le champ de bataille avec cet appareil, celui-ci sera en mesure de signaler les éléments du décor qui ont fait “tilt” dans le cerveau du soldat, révélant ainsi peut-être un danger imminent. Autrement dit, plutôt qu’interpréter l’environnement par lui-même à l’aide de capteurs et d’algorithmes sophistiqués, à la manière d’une intelligence artificielle, cette paire de jumelles laisse l’inconscient du soldat faire le travail !

Selon Dennis Mac Bride, président du Potomac Institute, l’être humain a largement développé le cortex préfrontal, qui permet de repérer plus aisément les structures, les modèles, mais qui possède aussi une forte capacité d’inhibition, susceptible d’éliminer bon nombre de données sans importance, mais aussi éventuellement de bloquer certaines informations capitales. Le rôle de l’électroencéphalogramme permettrait donc de court-circuiter ces fonctions inhibitrices. Reste à espérer que ce système ne va pas embrouiller les combattants avec une cascade de fausses alertes, ce que justement le cortex préfrontal nous permet d’éviter…

L’organisme de recherche et développement de l’armée américaine vient de passer à la phase de production de ce nouveau produit, puisqu’elle a chargé la société Northrop Grunman de la fabrication, nous apprend Wired.

Source : Internetactu.net

avr 30
2008

Les machines vont-elles devenir humaines ?

Ecrit par Fabrice dans informatiqueHumainFutur

Selon le Microsoft Research, la frontière entre l’Homme et l’informatique devrait disparaître en 2020. Un rapport sur ce que devraient être ces interfaces en 2020 est accessible ici (.pdf).

Ce rapport nous dit que d’ici à 2020, la parole et les gestes joueront un rôle central dans nos relations aux machines. Les influx nerveux seront utilisés pour contrôler les ordinateurs, notamment au service des personnes handicapés. La connectivité omniprésente permettra aux systèmes d'être des substituts de la mémoire jusqu’à aider le raisonnement humain. La traçabilité de nos déplacements, de nos actions et de nos positions va se généraliser et des dispositifs médicaux implantés permettront à certaines machines de devenir des parts humaines. L’informatique mobile sera remplacée par une informatique ubiquitaire où chacun aura accès à des milliers d’ordinateurs. Nos activités, enregistrées en continu, seront constamment disponibles.

Selon Richard Harper, coresponsable de cette publication et codirecteur du laboratoire des systèmes socio-numériques chez Microsoft, les auteurs, les concepteurs, distributeurs ou fournisseurs de services devront prendre en compte des valeurs humaines, telles que la confidentialité, la sécurité, la morale ou l’éthique.

Source : InternetActu ; Institut de Cognitique.

avr 11
2008

Paranoïa dans le métro

Ecrit par Fabrice dans Réalité VirtuelleParanoïa

Trouvez-vous parfois que votre vis-à-vis dans le métro vous a regardé bizarrement ? Que le comportement de cette jeune femme sur le banc d'en face est des plus suspects ? Quelle est l'importance de cette paranoïa “banale” qui peut saisir chacun d'entre nous ? Les chercheurs de l'Institut de psychiatrie du King's College de Londres ont découvert qu'en fait les pensées paranoïaques étaient bien plus répandues qu'on ne le croyait et touchaient nombre de personnes considérées comme parfaitement saines mentalement.

Les chercheurs ont invité environ 200 volontaires à explorer une reconstruction numérique du métro londonien et à effectuer un voyage d'environ 4 minutes entre deux stations. Naturellement, la rame était peuplé d'avatars qui affectaient un comportement tout à fait banal: regarder autour d'eux, lire le journal, etc. (une vidéo de l'expérience est disponible sur le site de la BBC: lien).

Cependant, ces attitudes apparemment triviales ont été interprétées très différemment selon les participants. Dans la plupart des cas, les actions des avatars ont été jugées pour ce qu'elles étaient, c'est-à-dire totalement neutres. Pourtant, 40% des sujets ont affirmé avoir eu au moins une pensée paranoïaque: ils trouvaient certains avatars inquiétants, comme s'il préparaient un mauvais coup. D'autres avaient l'impression qu'un des personnages les regardait bizarrement...

Selon le psychologue Daniel Freeman, co-auteur de Surmonter la paranoïa et les pensées suspicieuses, qui a dirigé l'équipe à l'origine de ce travail: “les pensées paranoïaques sont souvent suscitées par des évènements ambigus, comme des gens regardant dans votre direction, ou un rire entendu dans une pièce. Mais il est difficile de recréer de telles interactions sociales. La réalité virtuelle permet justement cela: observer comment différentes personnes réagissent à une même situation sociale. C'est une méthode très puissante pour repérer ceux qui sont susceptibles de mal les interpréter et les autres.”

Les chercheurs ont remarqué que les personnes assaillies par ces soupçons étaient plus que les autres sujettes au stress et à l'anxiété, ou avaient peu confiance en elles. Freeman souligne également que “la pensée paranoïaque est un sujet de débat national puisque l'attention du public vis-à-vis de menaces comme le terrorisme va s'accroissant”.

Comme avec toutes ces études sur le comportement humain, les interprétations sont multiples. Ainsi, pour Peter Kinderman, professeur de psychologie à l'université de Liverpool, un tel système de réalité virtuelle “est un outil efficace et valable, qui pourrait nous aider à comprendre la paranoïa (...) et avoir un rôle dans son diagnostic et sa thérapie”. En revanche, Stephanie Lay, blogueuse et étudiante préparant une thèse sur la vallée de l'étrange (cette théorie qui estime qu'une ressemblance trop appuyée d'un robot ou d'un avatar avec un être humain peut susciter l'inquiétude) commente ainsi la vidéo de l'expérience: “Je ne suis pas surprise que le niveau de malaise ait été aussi élevé. Plusieurs des avatars provoquent un puissant effet “vallée de l'étrange”: l' animation peu naturelle, les mouvements lents et saccadés de la tête, les yeux morts sont si saisissants qu'il est difficile de voir cela comme un véritable voyage en métro, mais plutôt comme un wagon de cauchemar peuplé de cadavres animés.”

Source : techno-science.net

mar 24
2008

La religion et les Nanotechnologies

Ecrit par Fabrice dans ReligionOGMNanotechnologies

Le sujet des Nanotechnologies sépare le "vieux continent" du reste du monde...
Un article publié dans Nature révèle que seuls 29,5% des américains considèrent les nanotechnologies comme moralement acceptables. De l'autre côté de l'Atlantique, 54,1% des Anglais adoptent la même position, alors que 62,7% des Allemands et 72,1% des Français les acceptent sans problème.

Cette différence n’a rien à voir avec l’inculture d’un côté de l’Atlantique par rapport à l’autre car les interrogés se déclarent bien informés sur le sujet. La réalité est toute autre : ce serait l’importance de la religion aux Etats-Unis qui provoquerait cette différence car contrairement aux Européens, plus laïcs, de nombreux croyants voient dans les nanotechnologies une façon de “jouer à Dieu“. Curieusement alors que tout à fait condamnable, les Américains soutiennent d’autant plus les OGM, au contraire des Européens…

Source : Internet.

mar 23
2008

Le burn-out est contagieux...

Ecrit par Fabrice dans stresspsychologie du travailépuisementburn-out

Le Professeur Jörg Fengler, de la faculté de psychologie de l'Université de Cologne, est un spécialiste du phénomène d'épuisement appelé "burn-out".
Le burn-out consiste en un phénomène d'épuisement physique et mental qui survient souvent après des périodes de stress. Le phénomène s'accompagne de maux de tête, de maladies cardio-vasculaires, de troubles de la digestion, de perturbations du sommeil, d'une consommation accrue de tabac, d'alcool ou d'autres psychoactifs, et d'une émotivité exacerbée.
Jörg Fengler constate qu'il y a de plus en plus d'entreprises où les travailleurs sont frappés collectivement par le syndrome du burn-out, dans tous les départements et à tous les niveaux hiérarchiques.
Une des principales causes réside dans une pression croissante sur les travailleurs à la suite de mesures de rationalisation et de réorganisation. Les travailleurs affectés peuvent vite avoir tendance à se plaindre et à grogner. Et parce que les collègues adaptent leur comportement à celui du groupe, ils développent une humeur négative qui peut mener lui-même au burn-out.
Dans de nombreux cas, le burn-out se répand dans l'entreprise, comme le confirme les travaux du psychologue du travail Hans De Witte de la faculté de psychologie de l'Université catholique de Louvain.

Source :  Institut de Cognitique, Bordeaux.


Identification

Articles populaires cette semaine

Derniers commentaires

L'exhibitionnisme,... : Bonjour, je ne suis pas un ancien de... Par itamaug
L'exhibitionnisme,... : Bonjour Neuneune, Je me réjouis de... Par Furet
L'exhibitionnisme,... : Bonsoir à vous. Avant de venir ici,... Par Neuneune
Listes de phobies réelles...... : oups voici le lien de l'article sur les... Par ola
Listes de phobies réelles...... : C'est plutôt une liste super... Par ola