Skip to content

Psychoweb

Ecran diminué  Ecran large  Augmenter la taille de la police  Diminuer la taille de la police  Taille par défaut 
Chemin :    Accueil
Regardez cette tache d'encre, vous y voyez quoi? Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Section : Divers, Catégorie : Le Saviez-vous?

Proposé par Stephane Desbrosses, le 04-03-2008



 Dans de nombreux films, souvent avec un soupçon de moquerie vis-à-vis du psychologue, on voit celui-ci montrer à son patient, des planches à dessin contenant des "taches" d'encre noire.... Ce test est d'ailleurs communément appelé test des taches d'encre, mais sachez qu'il porte le nom de son inventeur, Hermann Rorschach. Ce test a-t-il un sens? A quoi sert-il?
 
Tout le monde connait ce test, mais beaucoup se demandent à quoi il sert... Il fait partie d'une classe de test que l'on appelle "tests projectifs", vous allez voir que le raisonnement qui a abouti à ce test n'est pas si illogique qu'il n'y parait de prime abord... regardez d'abord ceci, quelque secondes.

illusion projective dalmatien

Si c'est la première fois que vous voyez cette image, analysez tout de suite votre perception : vous avez probablement, en premier lieu, vu une planche blanche avec des taches noires, rien de bien concret... Puis quelque chose s'est dessiné, une vision a émergé, et vous avez repéré dans les tâches, la forme d'un chien reniflant la neige... Vous voyez ce dalmatien?

Un chien dans la neige, un esprit vagabond 

Pourquoi ne l'avez vous pas vu tout de suite en regardant l'image? on nomme ce processus, processus cognitif de Bottom-up, qui littéralement, signifie "du bas vers le haut". cela se réfère aux processus mentaux : les processus de bas niveaux, consistant simplement à percevoir, s'imposent aux processus mentaux de niveau supérieurs. Autrement dit, lorsque vous voyez cette image pour la première fois, votre cerveau ne fait que percevoir, il tire l'information de l'environnement seulement. Comme l'image est volontairement ambiguë, il faut à votre cerveau un certain temps d'adaptation... pour voir en définitive que la scène présente un dalmatien dans la neige, pour peu qu'on laisse vagabonder son esprit.

Il est là et n'en bougera pas! 

Maintenant que vous l'avez vu, vous pourrez revenir demain, regarder à nouveau l'image... et vous vous rendrez compte que vous apercevrez le dalmatien tout de suite! Aucun temps d'adaptation, pourquoi? Le processus inverse se met en oeuvre, le processus de Top down, littéralement, du "haut vers le bas". Cette fois, vous avez en mémoire cette image, et vous savez qu'elle contient un dalmatien, vous l'avez déjà vu auparavant... Votre mémoire agit, en tant que processus cognitif de niveau supérieur, et va enrichir vos perceptions sensorielles en y ajoutant des éléments qui ne proviennent pas de la perception actuelle, mais du souvenir d'une perception antérieure. Autrement dit, votre cerveau va intégrer, à la fois des informations perceptives du moment, et des informations acquises et mémorisées. Votre cerveau va, ni plus ni moins, déformer vos perceptions, les ajuster, les adapter.

En résumé, lors du processus de bottom-up, seul l'environnement extérieur apporte les informations que votre cerveau va intégrer pour interpréter la scène présentée. Lors du processus de top-down, le cerveau va puiser dans ces propres informations pour interpréter la scène présentée... et c'est là que ça devient interessant : plus la scène présentée est ambiguë, moins elle donne d'information, et conséquemment, plus votre cerveau doit puiser dans ses propres informations pour interprêter la scène.

Des tâches et un peu d'imagination...

Que sont les taches de Rorschach, sinon des informations visuelles parmi les plus floues et ambiguës possibles? Voilà le principe : on montre une scène impossible à interpréter directement en fonction de ce qu'elle contient objectivement. Le patient/sujet doit alors puiser dans ses propres pensées pour interpréter ces tâches : tandis qu'un obsédé pourrait y voir ce qu'il a en tête le plus souvent, un schizophrène y verra souvent des représentations de ses délires... un dépressif y verra de la tristesse, des choses noires et déprimantes... Un névrosé intellectualisera et analysera méticuleusement l'image, la découpera en petits éléments... (Attention ce ne sont que des exemples non-indicatifs et non constants). Et vous? vous voyez quoi? ni plus ni moins qu'un reflet... Vous n'y voyez rien? dommage... ;)

Chaque personne projettera ses propres songes sur la tâche pour pouvoir la rendre cohérente à ses yeux. Et c'est d'ici que vient le nom de "test projectif" : on projette ses propres pensées sur l'image pour lui donner un sens, une interprêtation, une cohérence...
 
La question du psy n'est pas due au hasard : contrairement aux "qu'est-ce que vous voyez" que disent les psys dans les films, le vrai psy ne balance pas le patient dans une interprêtation perceptive, il pousse au contraire le patient à imaginer, c'est-à-dire à se servir de ses propres pensées pour "percevoir" l'image, par la question : " Qu'est-ce que cela pourrait-être ?".

Comme vous pouvez vous en rendre compte, le test des taches n'est pas si idiot et inutile que veut bien le montrer le cinéma!
   


Ajouter votre commentaire

Attention, ce site n'est pas un site de psychothérapie en ligne! Avant de commenter, veuillez consulter ces conseils.
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent commenter un article.
Aucun commentaire posté
 
< Précédent   Suivant >

Identification

  • Psycho 2.0
  • Psycho 2.0
  • Psycho 2.0

Derniers commentaires

Pas de commentaires...