Skip to content

Psychoweb

Ecran diminué  Ecran large  Augmenter la taille de la police  Diminuer la taille de la police  Taille par défaut 
Chemin :    Accueil arrow Divertissement arrow CinePsy arrow Anna M. A l'Amour, à la Mort
Anna M. A l'Amour, à la Mort Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Section : Divers, Catégorie : CinePsy

Proposé par M, le 26-02-2008



Anna M. erotomanie - paranoïaSouffrir d'amour ? Cette douleur là évoquera sûrement à beaucoup quelque chose, ou quelqu'un. L'amour et ses aléas sont un sujet plus qu'exploité par le cinéma qui se voudrait parfois un miroir de la vie humaine. Ici, l'amour est omniprésent, mais il est accompagné de bien d'autres sentiments qui participent à en faire un film clairement différent.

Aimer à en perdre la raison... 

Cette souffrance d'amour, Anna M la ressent face au comportement de celui qu'elle aime. Elle sait qu'il l'aime mais il la rejette. Elle ne peut vivre sans lui et ne sait plus quoi faire pour sortir de cette détresse, pour retrouver l'homme de sa vie. Tout pourrait laisser croire jusqu'ici qu'il s'agit d'un énième film sur l'amour et ses blessures. Ce serait le cas si Anna M ne souffrait pas d'érotomanie. Elle aime et est aimée par son docteur. C'est du moins ce dont elle est convaincue, conviction inébranlable mais délirante : cet homme n'éprouve aucun sentiment pour elle. Alors même que beaucoup de gens doutent de l'amour de leur proche, c'est le tableau inverse dépeint ici : Anna M est on ne peut plus certaine de l'amour du Dr Zanevsky, malgré son comportement et ses paroles qui ne laissent aucune place au doute: il veut qu'elle disparaisse de sa vie.

« Illumination, espoir, dépit, haine »
ou le délire passionnel érotomane.

Anna M a une vie plutôt simple, restauratrice de livres dans une bibliothèque, elle vit auprès de sa mère quelque peu malade. Son existence semble justement manquer d'un peu de vie, à tel point qu'un soir, elle se jette sous les roues d'une voiture.

Soignée par le Dr Zanevsky, elle découvre alors l'amour, mais pas n'importe lequel… un amour passionné, ou plutôt obsédant, et surtout, délirant. A partir de cet instant, une spirale infernale va se refermer sur les personnages et y emporter avec eux les spectateurs. Convaincue d'être aimée par son docteur, elle interprète le moindre de ses faits et gestes, le moindre de ses mots comme une preuve indiscutable de la relation passionnelle qu'il y a entre eux.

Anna M ne cesse alors de harceler le docteur alors même qu'il la rejette. Sa conviction inébranlable demeure malgré tout, aux risques et périls de ceux qui l'entourent. Prête à tout pour être à ses côtés, il n'y a qu'un pas à franchir avant de s'avérer réellement dangereuse, et le spectateur reste dans l'angoisse latente du moment où le fil du fragile équilibre va rompre, l'instant redouté du passage à l'acte.…

Un film, une réalité 

Ce film dessine avec justesse la spirale infernale dans laquelle plonge Anna et entraîne avec elle l'objet de son désir. Certains moments peuvent prêter à sourire tant le raisonnement d'Anna semble absurde pour quelqu'un d'autre, mais le sourire laisse place à la peur quand on réalise que l'érotomanie est un trouble mental réel : ce n'est pas de la science fiction, et justement, on ne voit pas cela que dans les films.

Serez-vous prêts à plonger dans les abîmes de l’amour ? Un amour où, bien loin de celui des contes de fées, la folie donne à la conjugaison du verbe aimer une dimension redoutable : ici, au-delà d’un Je t’aime dévorant, c’est un Tu m’aimes aliénant auquel on est confronté.

Autant le dire tout de suite, ce n'est pas le genre de séances ciné dont on sort avec un large sourire, mais ça n'enlève en rien sa qualité. Les personnages ont une certaine force à laquelle on ne reste pas insensible, forts mais humains avant tout, la fragilité et l’ambivalence se dévoilent, à leurs risques et périls.

Après avoir ému bon nombre de spectateurs dans Se souvenir des belles choses, dans lequel elle jouait le rôle d'une patiente atteinte d'une forme précoce d'Alzheimer, Isabelle Carré est à nouveau impressionnante, malgré des rôles à l'opposé l'un de l'autre, qui ne se rejoignent que par leur caractère morbide (ie relatif à la maladie).

Dans ce film, Anna M est antipathique, effrayante même, méchante, manipulatrice et fait preuve d'une violence vraiment angoissante. Mais son acharnement pour être aux côtés du Dr Zanevsky ne fait que révéler la force de son amour obsessionnel et de sa souffrance.

Certaines ombres de l'âme humaine sont ici mises en lumière : la discrétion et la fragilité laissent place à une déraison et une souffrance pleines de violence.

Aimer... un peu ? Beaucoup ? Passionnément ?

A la folie ...
 

France, 2007
De Michel Spinosa
Avec Isabelle Carré, Gilbert Melki, Anne Consigny
Genre : Drame
Durée : 1h 46min.
Des images ou des idées peuvent choquer
Distribué par Diaphana Films

Anna M

{jgxtimg src:=[images/stories/article-cinepsy/anna-m-film-affiche.jpg] width:=[140]}

Voir l'affiche 

 
Anna M, l
Anna M, l'amour à en perdre la raison
Copyright vEsti24
 
Voir la bande annonce
 
 
   

Mots-clés : film, video, cinepsy, France, cinéma



Ajouter votre commentaire

Attention, ce site n'est pas un site de psychothérapie en ligne! Avant de commenter, veuillez consulter ces conseils.
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent commenter un article.
Aucun commentaire posté
 
< Précédent   Suivant >