Skip to content

Psychoweb

Ecran diminué  Ecran large  Augmenter la taille de la police  Diminuer la taille de la police  Taille par défaut 
Chemin :    Accueil
Groupe B - Personnalité Narcissique Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Section : articles, Catégorie : psychopathologie

Proposé par Stephane Desbrosses, le 19-12-2007



Narcisse tomba amoureux de son image et en fut châtiéGroupe B - Personnalité Narcissique

1. Résumé des principaux critères du DSM-IV

Le patient a au moins cinq des symptômes suivants:

  • le sujet a un sens grandiose de sa propre importance (p. ex., surestime ses réalisations et ses capacités, s'attend à être reconnu comme supérieur sans avoir accompli quelque chose en rapport)
  • est absorbé par des fantaisies de succès illimité, de pouvoir, de splendeur, de beauté ou d'amour idéal
  • pense être "spécial" et unique et ne pouvoir être admis ou compris que par des institutions ou des gens spéciaux et de haut niveau
  • besoin excessif d'être admiré
  • pense que tout lui est dû: s'attend sans raison à bénéficier d'un traitement particulièrement favorable et à ce que ses désirs soient automatiquement satisfaits
  • exploite l'autre dans les relations interpersonnelles: utilise autrui pour parvenir à ses propres fins
  • manque d'empathie: n'est pas disposé à reconnaître ou à partager les sentiments et les besoins d'autrui
  • envie souvent les autres, et croit que les autres l'envient
  • fait preuve d'attitudes et de comportements arrogants et hautains

2. Données épidémiologiques (ratio/prévalence)

Prévalence : 0.4%. Plus fréquent chez l'homme

3. Caractéristiques psychopathologiques du trouble

3.1. Symptômes

Sentiment d'être unique et spécial : il doit être constamment admiré, ils ont une image élevée d'eux-mêmes, souvent renforcée par une phase d'ascension sociale marquée par la réussite professionnelle. Ils présentent également des erreurs de jugement dues à la surestimation de leurs compétences, conduisant fréquemment à des échecs importants. Indifférence aux autres : tendance à les exploiter : vision utilitaire des autres et de l'entourage ; les autres sont là pour l'admirer, mais ne reçoivent en retour aucune considération ; ceux qui ont pu être admirés pendant un temps peuvent ensuite faire l'objet d'un mépris, soit parce que l'autre a cessé d'être intéressé, soit parce que le narcissique a atteint son but et ne considère plus avoir besoin de cet autre.

3.2. Relations interpersonnelles

De nature très changeante puisqu ponctuée par l'admiration et le mépris.

3.3. Expressions affectives, émotionnelles ; style cognitif

L'expression affective est marquée par le sentiment d'indifférence à autrui. Maque total d'empathie. Humeur généralement enjouée, mais nécessite un contrôle extrême, puisque dissimule la crainte d'être critiqué, pouvant conduire à des accès de colère.

Le style cognitif est dominé par une perception de soi guidée par une haute estime de soi. La perception des autres est dichotomique : ils sont soit admirés, soit utiles, soit méprisés.

4. Adaptation et évolution des troubles

Variable et dépendante du milieu socioculturel. L'évolution est souvent positive, mais on a pu noté des fonctionnements chroniques de dépression et de conduites suicidaires.

5. Hypothèses explicatives

Facteur éducatif : la tendance des parents à répondre par une admiration exagérée à leur enfant, ce qui aurait perturbé le sens de sa propre valeur par rapport à la réalité. Le statut social, culturel ou économique peut également amener à développer des idées grandioses (et ça peut permettre de compenser l'infériorité ou la différence) Échec de développement précoce concernant l'intégration et l'imitation des comportements empathiques : l'enfant resterait fixé au stade de développement de la centralité de ses besoins.

6. Prise en charge et Objectif thérapeutique

La relation thérapeutique provoque au début un sentiment de satisfaction. Dans un second temps, il y a des difficultés à tolérer la frustration engendrée par le processus thérapeutique, quelque soit la nature de la psychothérapie. Le taux d'abandon est par conséquent élevé. L'objectif thérapeutique est de baisser le sentiment de supériorité par le biais de croyances alternatives, et de développer les capacités à se questionner sur les autres, ainsi qu'à être plus attentif à leurs sentiments (développement de la capacité d'empathie)

Source : Cours de psychopathologie - Licence - Université de Dijon
   

Mots-clés : narcissique, narcissisme, personnalité, troubles de la personnalité



Ajouter votre commentaire

Attention, ce site n'est pas un site de psychothérapie en ligne! Avant de commenter, veuillez consulter ces conseils.
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent commenter un article.
Aucun commentaire posté
 
< Précédent   Suivant >

Derniers commentaires

Pas de commentaires...