Skip to content

Psychoweb

Ecran diminué  Ecran large  Augmenter la taille de la police  Diminuer la taille de la police  Taille par défaut 
Chemin :    Accueil
Psychopathologie? qu'est-ce que c'est? Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Section : articles, Catégorie : psychopathologie

Proposé par Stephane Desbrosses, le 19-12-2007

Toute psychopathologie est d'abord définie par la souffrance qu'elle engendreLa psychopathologie est une branche de la psychologie définie par son objet d’étude : les troubles mentaux. Malgré les nombreuses et utiles classifications qui tentent de décrire objectivement, et de définir de manière athéorique, ces troubles, la majorité des professionnels estiment que le critère prépondérant pour distinguer ce qui relève de l'individualité, d'un trouble mental, reste la souffrance qu'il apporte à la personne atteinte où à son entourage.

1. Normal et pathologique

En pratique, on définit généralement un trouble mental selon un rapport à une norme, on peut alors considérer le trouble comme une anomalie mentale, un trouble de pensée à la fois spécifique, relativement rare et porteur de souffrance.

Dans un tel cadre, il est nécessaire de prendre en compte l'éducation culturelle de l'individu, et de le replacer dans son contexte social afin de comparer ce qui est comparable : puisque l'on se réfère à des normes, alors, il faut y inclure les normes sociales et environnementales, sous peine de se forger un avis trop subjectif, menant à une classification trop rigide.

Le trouble psychopathologique se définit qualitativement : la quasi-totalité des psychologues, psychiatres, etc... considèrent que la frontière entre normal et pathologique reste extrêmement floue, les classifications diverses (les plus connues sont le CIM-10 et le DSM-IV) représentent une aide descriptive au diagnostic, et certainement pas un cadre de critère absolu.

2. Définitions

Selon Widlöcher, la fonction principale de la psychopathologie consiste à étudier ces anomalies, en percer les mécanismes et la génèse, d'en définir la fonction, et bien entendu, d'étudier et mettre à jour les moyens potentiels permettant de diminuer la souffrance qui en résulte.

La psychopathologie se présente sous d'autres formes : tandis que la psychopathologie de l'enfance est une composante spécifique étudiant les troubles mentaux de l'enfance et de l'adolescence, la psychopathologie sociale met en exergue le rôle du contexte social, dans l'émergence des troubles mentaux.

Le terme « psychopathologie » possède également un double sens, et désigne à la fois l’ensemble des théories qui proposent une explication et une compréhension des troubles mentaux (par exemple, la psychanalyse, les théories systémiques, etc...) mais désigne également le groupe de troubles, et la pathologie elle-même. Ainsi, une phobie est une psychopathologie. La psychopathie, que l'on confond régulièrement avec la psychopathologie, en est une également.

Il convient à ce propos de se remémorer l'origine du terme : le mot grec "Psukhe" signifie "esprit". "Pathos" signifie "maladie". "Logos" est l'étude, ou la connaissance. Littéralement, la psychopathologie est "l'étude des maladies de l'esprit". On préfère le terme de "trouble" plutôt que celui de "maladie", notamment, à cause de la frontière ténue entre le normal et le pathologique.

3. Caractéristiques différentielles

La psychopathologie est une discipline en elle-même, et se distingue notamment :

1/ de la psychologie clinique. Celle-ci est liée au mot grec "Kline" qui signifie "lit" : la psychologie clinique n’intervient pas spécifiquement dans le domaine de la santé mentale déficitaire ; elle intervient par exemple dans le domaine de la santé physiologique, sur les équipes médicales ou dans les soins palliatifs,… et autant auprès des malades que du personnel médical lui-même. Elle s'occupe donc autant du normal que du pathologique : un deuil par exemple, est une événement douloureux qu'il convient de prendre en charge parfois. Ce n'est pas pour autant un trouble mental de nature psychopathologique, comme le serait une psychose maniaco-dépressive.

Le champ de pratique de la psychologie clinique se compose de deux type d'actions :

  • une activité d’évaluation, de diagnostic… servant à orienter le patient vers une thérapie idoine. Les psychologues s’aident des méthodes cliniques, échelles cliniques, tests projectifs, entretiens ou observations cliniques, et d’autres tests plus standardisés de psychométrie (QI,…), dans ce but.
  • une activité d’intervention psychologique qui comporte les soins, les aides,… l’ensemble des psychothérapies.

En outre, la psychologie clinique correspond à une formation universitaire (les titres de psychiatre et de psychologues cliniciens sont protégés depuis 1985, certaines lois sont en projet pour protéger aussi le titre de psychothérapeute) et à un champ de recherche (2ème année de master – anciennement DEA – puis doctorat).

2/ de la psychiatrie. Psychopathologie et psychiatrie sont très liées sur le plan historique : jusqu’au 18ème siècle, elles constituaient une branche unique de la médecine. La psychiatrie naît en discipline spécifique à la fin du 18ème, son but est de traiter les troubles mentaux. La psychopathologie n'est alors qu'un enseignement parmi d’autres, au sein des écoles de psychiatrie, au même titre que la physiologie, la biologie ou le droit.

Le psychiatre est avant tout médecin, il donne un traitement médicamenteux, et en théorie, se borne à la pratique de la médecine. Certains psychiatres se forment à la psychanalyse ou la psychothérapie, mais doivent le faire en dehors de leurs études classiques.

3/ de la psychanalyse
. Largement connue et diffusée à travers les médias, la psychanalyse fut créée par Freud à partir de son expérience auprès de patients névrosés.

C’est une théorie étiologique (elle essaie d'expliquer les causes) des troubles (surtout les névroses) et donc une théorie explicative du fonctionnement psychologique humain, parmi d'autres. Notons que pour Freud, il n'existe pas réellement de frontière entre le normal est le pathologique. L’angoisse existe partout et en chacun, la seule différence est de nature quantitative.

La psychanalyse désigne également une méthode d’investigation du fonctionnement psychologique, que l'on nomme plus particulièrement "cure psychanalytique". Freud n’utilisait pas de tests, la cure psychanalytique se basait avant tout sur l’association libre, concept primordial de la psychanalyse.

La psychanalyse représente donc une méthode thérapeutique (la cure type durait ¾ d’heure, 3 à 5 fois par semaine, des adaptations sont proposées de nos jours), visant dans un premier temps à libérer le patient de ses résistances et de ses conflits. Ce qui signifie qu'il s'agit là d'une méthode utile pour certains types de troubles seulement, notamment les névroses. Une cure psychanalytique n'est pas indiquée pour tous les troubles, par exemple, pour les psychoses, même si l'on peut trouver quelques adaptations en vue de soins à celles-ci.

4. en clair...

De nos jours, la majorité des professionnels s'accordent à penser que le fossé entre normal et pathologique reste extrêmement flou, qu'il existe plutôt un "continuum" entre la pathologie et la normalité, et qu'il convient par ailleurs de remettre au cas par cas, les troubles dans leurs contextes familiaux et sociaux.

La discipline "psychopathologie" est avant tout une discipline de recherche, mais une pathologie (comme la phobie) se définit comme étant l'ensemble des manifestations psychiques et comportementales dont souffrent des individus.

Source : Connaissances générales
   

Mots-clés : introduction, sommaire, psychopathologie, psychopathologies, trouble, mental

Diffuser/enregistrer :

Soumettre au PsychoRing Scoop it! piocher ceci! digg it! tag del.icio.us! newswine! reddit! blogmarks! bookmarklet! blog it! vote! blogmemes fr Partager avec Facebook Partager avec Co.mments Enregistrer sur Live Enregistrer avec Google Bookmarks


Ajouter votre commentaire

Attention, ce site n'est pas un site de psychothérapie en ligne! Avant de commenter, veuillez consulter ces conseils.
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent commenter un article.
Aucun commentaire posté
 
< Précédent   Suivant >

Derniers commentaires

L'exhibitionnisme,... : Bonjour, je ne suis pas un ancien de... Par itamaug
L'exhibitionnisme,... : Bonjour Neuneune, Je me réjouis de... Par Furet
L'exhibitionnisme,... : Bonsoir à vous. Avant de venir ici,... Par Neuneune
Listes de phobies réelles...... : oups voici le lien de l'article sur les... Par ola
Listes de phobies réelles...... : C'est plutôt une liste super... Par ola