Skip to content

Psychoweb

Ecran diminué  Ecran large  Augmenter la taille de la police  Diminuer la taille de la police  Taille par défaut 
Chemin :    Accueil arrow News arrow Derniers Articles arrow Psychologie Sociale arrow Arkes et Blumer (1985) : Le phénomène de dépense gâchée
Arkes et Blumer (1985) : Le phénomène de dépense gâchée Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Section : articles, Catégorie : psychologie sociale

Proposé par Stephane Desbrosses, le 20-12-2007



Notre argent, notre temps, notre énergie, nous aimerions bien ne pas les perdre inutilementCela vous est certainement déjà arrivé. Vous êtes à un endroit quelconque, sans moyens de transport disponibles. Vous devez rentrer chez vous, quelques kilomètres, tout au plus...

Mais vous aviez prévenu l'un de vos proches de votre situation, et de l'endroit auquel vous vous retrouveriez. Ainsi, vous aviez convenu qu'il devait passer vous prendre pour vous remmener chez vous en voiture. Vous attendez... 15 minutes passent, puis 30 minutes... puis une heure. Une marche forcée jusque hez vous, vous aurez déjà amené à bon port. Mais vous avez déjà attendu suffisamment de temps, votre proche ne devrait plus tarder. Et vous, vous êtes tombé dans un piège sournois, victime du phénomène de dépense gâchée.

Ce phénomène n'est pas rarissime, on le rencontre au quotidien. Il apparaît lorsque l'on décide de continuer une stratégie ou un comportement pour lequel on a déjà dépensé des ressources (on y a déjà passé pas mal de temps, ou investi beaucoup d'argent). Cet investissement, nous nous refusons à le perdre, même si une situation plus avantageuse se présente! Ainsi, nous restons sur une ligne de conduite dans laquelle nous avons suffisamment investit pour ne plus avoir envie de la quitter, quand bien même une autre stratégie esst disponible et nous amènerait à un confort bien plus profitable.

Imaginez la situation suivante. Vous savez qu'une amie doit se rendre dans une soirée payante et un peu barbante, une très bonne amie à vous, vous voulez la revoir, et payez l'entrée pour cela, tandis que votre groupe d'ami habituels, avec lequel chaque soirée est toujours agréable, fète chez l'un d'entre eux une occasion quelconque. L'amie enquestion n'est finalement pas à la soirée, dommage... mais vous avez dépensé de l'argent pour pouvoir y entrer.. Vous décidez de rester, en définitive, après tout, même si la soirée débute mal, et semble aussi barbante que vous l'aviez imaginée, elle s'améliorera peut etre avec l'avancement de la soirée. Vous êtes retombé sous le joug de la dépense gachée... Ce phénomène se rencontre, slon Beauvois et Joule (1987) lorsque :

1. L'individu a décidé de s'engager dans un processus de dépense (en argent, en temps ou en énergie) pour atteindre un but donné. 2. Que l'individu en soit conscient ou non, l'atteinte du but n'est pas certaine. 3. La situation est telle que l'individu peut avoir l'impression que chaque dépense le rapproche davantage du but. 4. Le processus se poursuit sauf si l'individu décide activement de l'interrompre. 5. L'individu n'a pas fixé au départ de limite à ses investissements.

Arkes et Blumer (1985) ont conduit une expérience particulièrement illustrative du phénomène de la dépense gâchée : Des étudiants devaient s'imaginer dans la situation suivante : ayant dépensé 100 dollars pour un week-end de ski dans le Michigan et 50 dollars pour un week-end de ski, a priori plus prometteur, dans le Wisconsin, ils s'apercevaient avec stupeur que les deux réservations concernaient le même week-end. Ne pouvant être remboursés ni d'un côté, ni de l'autre, ils devaient choisir. Iraient-ils skier dans le Michigan (week-end à 100 dollars) ou dans le Wisconsin (week-end à 50 dollars), sachant que le séjour dans le Wisconsin présentait pour eux plus d'attrait.

L'argent des deux week-end étant de toute façon dépensé, l'étudiant se trouve dans la situation de quelqu'un qui doit effectuer un choix entre deux possibilités qui lui coûtent le même prix : 100 dollars + 50 dollars, soit 150 dollars. La sagesse veut alors qu'il choisisse celle qui présente le plus d'avantages pour lui. C'est d'ailleurs ce qu'impliquent les théories économiques. Ces théories présupposent, en effet, un décideur rationnel reconnaissant l'égalité des coûts et des bénéfices de chaque action possible, qui optera donc vraisemblablement pour celle correspondant à l'utilité ou à l'intérêt maximum.

Les étudiants interrogés par Arkes et Blumer ne montrèrent pas exactement le comportement attendu par ces théories : contre toute logique, la majorité d'entre eux (54 %) optèrent pour le Michigan, c'est-à-dire pour le week-end le plus cher et non pour le Wisconsin, c'est-à-dire pour le week-end le plus prometteur.

Bien entendu, nous savons que nous ne ferions pas la même erreur...?


Source : Arkes, H.R., & Blumer, C. 1985. The psychology of sunk cost. Organizational Behaviour and Human Decision Processes, 35:124–40
   

Mots-clés : dépense gâchée, expérimentation, manipulation, théorie de l engagement



Ajouter votre commentaire

Attention, ce site n'est pas un site de psychothérapie en ligne! Avant de commenter, veuillez consulter ces conseils.
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent commenter un article.
Aucun commentaire posté
 
< Précédent   Suivant >