Skip to content

Psychoweb

Ecran diminué  Ecran large  Augmenter la taille de la police  Diminuer la taille de la police  Taille par défaut 
Chemin :    Accueil arrow News arrow Derniers Articles arrow Psychologie Sociale arrow Choix des sujets, contrôles, et planification. Méthodologe expérimentale
Choix des sujets, contrôles, et planification. Méthodologe expérimentale Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Section : articles, Catégorie : psychologie sociale

Proposé par Stephane Desbrosses, le 20-12-2007



Index de l'article
Choix des sujets, contrôles, et planification. Méthodologe expérimentale
Page 2
En psychologie, une méthodologie rigoureuse est primordialeL'expérimentation doit bien entendu être passée par des sujets, et c'est là un aspect essentiel si l'on veut répondre à la question posée : cette réponse, sa généralisation dépendra en partie de la taille et de la nature parfois de la population choisie.
De plus, outre les variables dépendantes et indépendantes, on a souvent affaire au cours de l'expérience à d'autres variables susceptibles d'intervenir sur les résultats que l'on obtiendra. Pour la rigueur de cette expérimentation, il devient donc indispensable d'en contrôler le maximum (il est souvent difficile de les contrôler toutes) et en tout cas celles qui pourraient avoir une influence non négligeable.

1. Facteurs principaux et secondaires

Dans toute recherche, une distinction est faite entre les facteurs (Variables) dont l'expérimentateur souhaite étudier les effets, et que l'on qualifie de facteurs principaux, et les facteurs secondaires qui sont des variables susceptibles d'introduire des variations sur les résultats, au même titre que les variables principales. Ces facteurs secondaires ne font pas l'objet de l'expérimentation est doivent donc être annihilés.

Par exemple, dans une recherche dont le but est de mettre en évidence le temps de détection d'un mot (appartenant à un stéréotype versus quelconque), une variable secondaire peut être la luminosité : si les sujets ne passent pas l'expérimentation dans les mêmes conditions de luminosité, alors il sera possibles d'expliquer les résultats par celle-ci.

2. Contrôle et neutralisation des facteurs

Le contrôle des facteurs secondaires a pour objectif de purifier les situations expérimentales, afin de pouvoir observer les effets, qui ne pourront être dus dans ce cas qu'aux variations des facteurs principaux. Mais ce contrôle n'est pas toujours possible, il est très difficile de créer des situations "parfaites" dans lesquelles les facteurs secondaires n'interviennent pas. Il existe trois types de contrôle possibles, que l'on choisit généralement selon la nature de l'expérimentation et des facteurs secondaires.

- Maintien des modalités des facteurs secondaires à un niveau constant. Il est évident qu'en contrôlant un facteurs de telle sorte qu'il aie toujours la même valeur (pour reprendre l'exemple précédent, toujours la même luminosité), alors ce facteur ne pourra avoir d'effet que celui que provoque cette valeur. on ne contrecarre pas cet effet, mais on contrôle la situation de manière à ce qu'il n y ait pas de variations de ce facteurs, donc possiblement pas de variations des résultats.

- Contre-balancement et Rotation : Cette technique consiste à neutraliser les effets en combinant par rotation toutes ses modalités. elle est particulièrement utilisées pour annuler les effets de rang. Par exemple, imaginons une expérimentation dans laquelle les sujets doivent effectuer 2 tâches donnant lieu à des mesures différentes. si l'on veut comparer les performances objectivement, il faut tenir compte, par exemple, des effets de fatigue, ou d'entraînement si les tâches sont similaires. On fera pour cela passer deux groupe de sujets, l'un réalisant la première tâche et ensuite la deuxième, l'autre réalisant la deuxième d'abord, puis la première.

- Aléatorisation (Randomisation) : Le contre-balancement devient vite une technique complexe et sujette à erreur lorsque les variables et leur modalités deviennent trop importante en nombre. elle devient par la même coûteuse en sujet. C'est pourquoi le chercheur préfèrera dans ce cas "choisir au hasard" les modalités du facteur secondaire, en postulant que le hasard est le meilleur amis de l'expérimentateur et qu'il permettra au niveau des moyennes une compensation des effets et donc une neutralisation. Ainsi, dans l'exemple précédent, les mots appartenant aux stéréotypes sont nombreux, certains fréquents, d'autres peu, mais la fréquence comporte de nombreuses nuances qui font finalement autant de conditions qu'il y a de mots. on en choisira donc quelques-uns parmi ceux disponibles, "au hasard".


   

Mots-clés : facteurs, groupes contrôle, hypothèses, opérationnalisation, statistiques, sujets



Ajouter votre commentaire

Attention, ce site n'est pas un site de psychothérapie en ligne! Avant de commenter, veuillez consulter ces conseils.
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent commenter un article.
Aucun commentaire posté
 
< Précédent   Suivant >