Skip to content

Psychoweb

Ecran diminué  Ecran large  Augmenter la taille de la police  Diminuer la taille de la police  Taille par défaut 
Chemin :    Accueil arrow News arrow Derniers Articles arrow Psychologie Sociale arrow Attitudes : Structures des attitudes
Attitudes : Structures des attitudes Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Section : articles, Catégorie : psychologie sociale

Proposé par Stephane Desbrosses, le 20-12-2007



Cognitif, Conatif, Affectif : les trois composantes des attitudesThéorie Tri-componentielle et liens inter-attitudes

1. Théorie tri-componentielle des attitudes : Rosenberg et Hovland (1960)

Bien que la thorie tri componentielle des attitudes, comme beaucoup d'autres concepts majeurs de la psychologie sociale, fut une idée développée dès le début du siècle, nous nous reposerons sur la description qu'en ont fait Rosenberg et Hovland (1960). Les auteurs distingueront trois dimensions dans les attitudes. Ils les appellent composantes, et en dénotent trois, qui se retrouveront en fait dans tous les concepts majeurs de la psychologie sociale s'appliquant au sujet psychosocial.

Une composante affective qui concerne les émotions positives ou négatives que l’individu a à l’égard de l’objet attitudinal, la prédisposition à évaluer cet objet comme étant bon ou mauvais, intéressant ou inintéressant, etc.

Une composante cognitive qui fait référence aux connaissances et croyances présentes et passées que l’individu a concernant cet objet ainsi qu’à la crédibilité que l’individu accorde à ces informations.

Une composante conative qui est une composante énergétique en ce sens qu’elle est relative aux comportements passés et présents de l’individu face à cet objet et à ses intentions comportementales (futur).

Précédemment, la plupart des études ne prenaient en compte qu’un seul de ces aspects.

2. Liens inter-attitudes : Eagly et Chaiken (1995, 1998)

Eagly et Chaiken (1995, 1998) on travaillé à décrire les liens inter-attitudes. Selon ces auteurs, les attitudes sont organisées en réseaux, ce qui implique cohérence et stabilité. Au sein du réseau, les attitudes entretiennent différentes relations :

  • d’emboîtement : des attitudes générales vont englober d’autres attitudes plus spécifiques,
  • de causalité, si on modifie le prémisse, les conclusions sont changées
  • de simple contiguïté, attitudes coexistant sans qu’il y ait de lien logique d’emboîtement ou de causalité.

Les attitudes sont caractérisées par leur centralité, un peu à la manière des représentations, vues par la théorie d'Abric.

L’attitude peut se construire par relais social (congénères, c’est la plus répandue), par relation directe à l’objet ou par inférence ( le sujet élabore un raisonnement, relie une connaissance à une information nouvelle afin d’en tirer une nouvelle connaissance ).

A cette époque, le gouvernement, la publicité, … souhaitaient amener à changer les attitudes, on a alors surtout étudié comment on pouvait changer ces attitudes : La théorie de la dissonance cognitive développée par Festinger pécise qu'il faut pour cel amener le sujet à une dissonance cognitive (une contradiction entre plusieurs de ces attitudes, ou entre ces attitudes et ses comportements), cela créé chez le sujet des incohérences et des conflits cognitif désagréable pour un sujet, et dont un moyen de les éliminer est tout simplement de modifier ses attitudes.


Dossier Attitudes 

 


Source : Cours de Psychologie Sociale - Dijon

   

Mots-clés : attitudes, caractéristiques, concepts sociaux, triade



Ajouter votre commentaire

Attention, ce site n'est pas un site de psychothérapie en ligne! Avant de commenter, veuillez consulter ces conseils.
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent commenter un article.
Aucun commentaire posté
 
< Précédent   Suivant >