Skip to content

Psychoweb

Ecran diminué  Ecran large  Augmenter la taille de la police  Diminuer la taille de la police  Taille par défaut 
Chemin :    Accueil arrow News arrow Derniers Articles arrow Psychologie Cognitive arrow Attention Partagée et Attention sélective, Effet Coktail Party et focalisation
Attention Partagée et Attention sélective, Effet Coktail Party et focalisation Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Section : articles, Catégorie : psychologie cognitive

Proposé par Stephane Desbrosses, le 20-12-2007



Index de l'article
Attention Partagée et Attention sélective, Effet Coktail Party et focalisation
Page 2
Page 3

2. L’effet Coktail-party

Bien heureusement, le cerveau a ses "astuces" permettant de conjurer en plusieurs occasions les défauts d'une attention trop sélective. L'une de ces ressources fut mise en évidence par le chercheur Cherry dès 1953.

Ses premières remarques s'imposèrent à son esprit lors de discussions mondaines, auxquelles chacun de nous a pu participer : bruyantes, peuplées... à bien y réfléchir, il y a lors de ces petites soirées, une ambiance sonore hors du commun. Entre les discussions de convives et la musique faisant souvent office de fond sonore, on se demande comment l'on peut bien arriver à déméler les paroles de son interlocuteur au milieu de tout ce brouhaha. Nous y arrivons cependant, grâce à l'attention sélective, en nous focalisant sur les paroles que nous souhaitons entendre. Nous ne tenons quasiment aucun compte des discussions alentours, et pourtant...

... Et pourtant, qu'un quidam, ne faisant pas partie actuellement de notre cercle de conversation, prononce votre nom, et voilà que vous vous retournez immédiatement en direction de celui-ci. Vous l'avez bien entendu. Vous n'y prêtiez cependant aucune attention particulière auparavant!

Il s'agit là d'un effet conséquemment nommé "Effet Cocktail-Party" : malgrès la masse d'information reçue par vos oreilles (plus généralement par l'ensemble de vos sens), votre système nerveux central vous a alerté, dès qu'une expression familière, ou une information d'alerte, vous est parvenue. Certains mots ont en effet une valeur d'alerte, c'est le cas de notre nom, généralement : qu'un indiviu auxquel on ne prête pas attention, prononce notre nom lors d'une soirée, nous fait régulièrement tourner la tête vers celui qui l'a prononcé.

D'autres mots et expressions ont une telle valeur d'alerte, les gros mots, souvent, par exemple.

3. Implications de l'effet Coktail-Party

Cet effet désigne donc la faculté de notre système nerveux central, à se focaliser sur une portion de l'information à laquelle il a accès, sans pour autant filtrer entièrement le reste de l'information. L'ensemble des stimulations est traité à un niveau subconscient, et il suffit que l'une d'entre elle ait une valeur d'alerte suffisamment elevée pour qu'elle capture instantanément l'attention consciente tout en reléguant l'information précédément sélectionnée au second plan.

Dans l'exemple de la soirée bruyante, votre attention s'est focalisée sur la personne ayant prononcé votre nom, et la conversation prédemment entreprise avec votre interlocuteur n'est plus votre centre d'interêt immédiat désormais.

Encore une fois, il semble que le locus coerulus soit l'instigateur et l'interprêteur des valeurs d'alerte des stimuli. Ceux-ci peuvent avoir une valeur d'alerte absolue, et captent notre attention par le fait qu'ils sont perceptivement intenses ou très distincts des informations sur lesquelles se portait précédemment notre attention. C'est le cas du flash lumineux d'un éclair ou d'un appareil photo dans un telle soirée sonorement animée.

Ou bien, c'est encore le cas d'une révélation auditive intense ou émotionnellement considérée comme importante. Une personne prononçant une obscénité derrière vous, ou un quidam qui crie "Au feu!". Dans le cas de l'obscénité, ou d'un feu rouge, comme autre exemple, on parlera plutôt d'alerte à valeur relative : les stimuli ne sont pas réellement intense en eux mêmes, mais ont une forte importance, due à la culture ou à l'apprentissage. Que quelqu'un crie "au feu!" serait plutôt l'exemple d'un stimulus à double valeur : Déjà, le stimulus est intense du point de vue sonore. Il est également important au niveau émotionnel : nous avons appris en pareil cas qu'il nous faut réagir assez rapidement, s'enfuir, par exemple, ou tout au moins vérifier la crédibilité de la source d'information.


   

Mots-clés : attention, attention partagée, attention sélective, audition, cognitif, effet Coktail Party, focalisation, vigilance, vision



Ajouter votre commentaire

Attention, ce site n'est pas un site de psychothérapie en ligne! Avant de commenter, veuillez consulter ces conseils.
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent commenter un article.
Aucun commentaire posté
 
< Précédent   Suivant >