Skip to content

Psychoweb

Ecran diminué  Ecran large  Augmenter la taille de la police  Diminuer la taille de la police  Taille par défaut 
Chemin :    Accueil arrow News arrow Derniers Articles arrow Psychologie Clinique arrow la Compensation - Narcissisme et culte de la consommation
la Compensation - Narcissisme et culte de la consommation Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Section : articles, Catégorie : psychologie clinique

Proposé par Stephane Desbrosses, le 21-12-2007

Narcisse l'amoureux de lui même, consommait-il à outrance?Acheter pour compenser les frustrations, s'exercer talentueusement à une activité pour oublier un peu son travail, ou délaisser une vie de famille dure au profit d'un métier qui nous grandit, autant de phénomènes qui peuvent prendre source dans un mécanisme de défense introduit dès le début du siècle par Adler. La compensation est également un trait prégnant chez les personnalités narcissiques, en tant que sauvegarde de l'amour-propre ou dans le but de susciter l'admiration tout en effaçant les infériorités ressenties, mais également chez certains parents souhaitant compenser une situation difficile par l'offrande de biens matériels, ou simplement se déculpabiliser de leur absence...

1. Mécanisme de défense compensatoire

En psychologie, la compensation est une stratégie par laquelle on dissimule, consciemment ou inconsciemment, nos faiblesses, désirs, sentiments d'insuffisance ou d'incompétence dans un secteur de la vie, par la satisfaction ou la recherche d'excellence dans un autre domaine. La compensation peut dissimuler de vraies ou insuffisances ou infériorités, mais bien souvent, celles-ci ne sont pas si importantes voire réelles.

La stratégie de compensation ne vise pas la source du sentiment d'infériorité, mais tente de l'effacer sous d'autres aspects. Les compensations positives peuvent aider à surmonter des difficultés ou à se grandir. Les compensations négatives, quant à elles, ont souvent comme conséquence un sentiment renforcé d'infériorité. On dénote deux genres de compensations négatives :

La surcompensation, caractérisée par un but d'obtention ou d'affichage de supériorité, mène à essayer d'obtenir la puissance, la domination d'autrui, d'augmenter l'amour-propre et l'individualisation.

La décompensation, mène souvent à une perte de confiance en soi, un état dépressif, un manque de volonté et de courage.

La surcompensation s'oberve régulièrement chez les quarantenaires en crise, qui voient dans de nouvelles activités le moyen d'échapper à une vie qui leur semble difficile : travailler plus pour éviter une vie familiale dure, se mettre à faire du sport à outrance pour oublier le travail laborieux, etc...

2. Compensation et Narcissisme

Alfred Adler, fondateur de l'école de la psychologie individuelle, est à l'origine du terme de compensation. Selon lui, chaque personne possède des sentiments d'infériorité, sur certains aspects, qui le poussent à cacher ces aspects. Certains trouvent dans le perfectionnement d'une activité le moyen de noyer ses craintes et ses peurs quant à son amour-propre.

La compensation s'oberve régulièrement chez les personnes narcissiques, qui tentent de cacher leurs cotés "faibles" et parlent d'eux même dans leur bon apparat, cherchent à cotoyer des personnes qu'elles admirent afin de récolter leur approbation, leur estime...

3. Le culte de la consommation

La compensation s'observe également dans les sociétés occidentales via le culte de la consommation... Acheter, accumuler les richesses (ou ce qui pourrait avoir une valeur de richesse sociale) afin d'effacer des sentiments de vide ou d'inutilité... Les consommateurs excessifs et compensateurs ont régulièrement un culte de la beauté et une peur excessive du vieillissement et de la mort, une fascination de la renommée et une forte dépendance à autrui, tout comme les narcissiques dépendent du regard des autres pour se conforter et nourrir leur estime de soi.

Le culte de la consommation est décrit dans un article d'Allison J. Pugh comme un facteur important dans la création de l'expérience et de l'identité des personnes : achats de portables ou d'objets culturels, vestimentaires, démarquant la personne, par exemple. A défaut de trouver son identité en soi et en ses propres idées, l'adolescent fera en sorte de se reconnaitre dans des objets qui le démarqueront des personnes qui l'entourent, régulièrement dans un souci de s'affirmer aux yeux de tous.

La consommation a été proposée en tant que des moyens de compensation, pour expliquer certains rapports humains : employer des marchandises pour attirer, ou tenter de remplacer des relations manquantes, comme c'est parfois le cas pour des parents qui gâtent leurs enfants afin de déculpabiliser leur manque de présence, ou le manque de présence de leur conjoint. Quand la culpabilité est orientée vers une crise des parents (par exemple une famille passant par une situation de divorce, ou la perte d'un travail), des biens de consommation peuvent être interprétés comme réparation compensatoire de l'absence d'un des deux parents ou de la souffrance ressentie par l'enfant. Il va de soi qu'un comportement tel, rigide, peut amener l'enfant à se détacher progressivement des rapports humains pour leur donner une valeur matérielle. L'esprit de l'enfant, sa compréhension des événements, doivent être développés en parallèle.

Source : diverses dont Wikipedia (ang)
   

Mots-clés : Adler, compensation, culpabilisation, mécanisme de défense, narcissisme, psychanalyse

Diffuser/enregistrer :

Soumettre au PsychoRing Scoop it! piocher ceci! digg it! tag del.icio.us! newswine! reddit! blogmarks! bookmarklet! blog it! vote! blogmemes fr Partager avec Facebook Partager avec Co.mments Enregistrer sur Live Enregistrer avec Google Bookmarks

2 commentaire(s)

Ecrit par: Mc Loose le 29-03-2008

La compensation décrite ici me rappelle un peu ce que Freud appelait la sublimation, le détournement de la pulsion sexuelle vers un exutoire comme l'art.

 

Ecrit par: Carnegie le 30-03-2008

La sublimation s'en différencie néanmoins en ce qu'elle constitue un ré-investissement de l'énergie psychique sur des valeurs ou des activités socialement appréciables (musique, dessin, grande cause, etc...), selon la théorie Freudienne. La compensation s'en démarque dans le sens où il s'agit d'un palliatif qui n'améliore que peu l'estime de soi ou la vision des autres à propos de soi, semble-t-il. 
 
Il est vrai que les deux mécanismes semblent très proches.

 


Ajouter votre commentaire

Attention, ce site n'est pas un site de psychothérapie en ligne! Avant de commenter, veuillez consulter ces conseils.
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent commenter un article.
 
< Précédent   Suivant >

Identification

Derniers commentaires

L'exhibitionnisme,... : Bonjour, je ne suis pas un ancien de... Par itamaug
L'exhibitionnisme,... : Bonjour Neuneune, Je me réjouis de... Par Furet
L'exhibitionnisme,... : Bonsoir à vous. Avant de venir ici,... Par Neuneune
Listes de phobies réelles...... : oups voici le lien de l'article sur les... Par ola
Listes de phobies réelles...... : C'est plutôt une liste super... Par ola