Skip to content

Psychoweb

Ecran diminué  Ecran large  Augmenter la taille de la police  Diminuer la taille de la police  Taille par défaut 
Chemin :    Accueil arrow News arrow Derniers Articles arrow Neuropsychologie arrow Syndrome amnésique : formes cliniques
Syndrome amnésique : formes cliniques Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Section : articles, Catégorie : neuropsychologie

Proposé par Stephane Desbrosses, le 21-12-2007



Index de l'article
Syndrome amnésique : formes cliniques
Page 2
Le cerveau du célèbre patient H.M. Exérèse totale de l'hippocampeLe syndrôme amnésique peut se rencontrer dans de nombreuses pathologies, ce qui signe encore une fois la fragilité de la mémoire et son omniprésence dans le fonctionnement cérébral et cognitif. Ainsi peux-t-on l'observer dans les pathologies très connues telles que les démences ou les accidents vasculaires cérébraux, mais également dans des syndrômes tout aussi connus et auxquels on n'associe pas spontanément des troubles de mémoire : anorexie, alcoolisme, herpès...

1. Syndrome alcoolo-carentiel de Korsakoff

L’amnésie observée est décrite dans le paragraphe I. on la rencontre chez les alcooliques chroniques surtout, mais aussi dans les dénutritions, l’anorexie, les vomissements excessifs…

Naguère, on les trouvaient également lors d’opération médicales (chirurgie gastrique, nutrition parentérale (par voie veineuse) avant que l’on sache à quoi elle était due.

Le début peut être progressif ou subaigu (mais il reste très difficile de le déterminer). Un début brutal passe parfois par un syndrome de Gayet-Wernicke (troubles de l’équilibre et confusion mentale, on voit notamment des anomalies de la motricité oculaire). Le syndrome de Gayet-Wernicke n’évolue pas nécessairement vers un syndrome de Korsakoff.

Le pronostic est défavorable dans plus de 50% des cas : un petit nombre de patient récupère un peu ou complètement.

Il n’existe pas de prise en charge réellement efficace : rééducation, pharmacothérapie,…

Elle est due à une carence en vitamine B1 (si, c’est vrai). La prévention en hôpital en tient désormais compte, on injecte cette vitamine avant l’injection de glucose.

Cette amnésie est associée à des lésions bilatérales des noyaux dorso-médian du thalamus (circuit limbique latéral) et des corps mamillaires (circuit de Papez), mais aussi à certaines lésions frontales.

D’autres études montrent cependant que cette amnésie serait plutôt corrélé à la lésion des noyaux antérieurs du thalamus (controversé)

2. Accident vasculaire cérébral thalamique

Il se produit souvent à la suite d’un hématome (épanchement sanguin) ou un infarctus (artère ou veine bouchée  les tissus en aval manquent d’oxygène). Le syndrome amnésique est observé en présence d’une lésion bilatérale ou unilatéral (les noyaux du thalamus sont petit et regroupés dans une zone étroite, il est facile d’en avoir une lésion bilatérale). Les atteintes du thalamus antérieur (ou faisceau mamillo-thalamique ou fibres en provenance de l’amygdale) entraînent une amnésie proche de celle de Korsakoff, avec toutefois :

  • une amnésie rétrograde moins sévère, et pas forcément suivant le gradient temporel
  • des fabulations en phase aiguë mais pas trop en phase chronique


d’autres AVC provoquent un syndrome amnésique : les lésions de l’hippocampe gauche ou bilatérale et les malformation artério-veineuses. Ces AVC sont connus mais très rares.

3. Rupture d’anévrysme de la communicante antérieure (amnésie du « Basal forebrain »)

Il y a une malformation congénitale sur a communicante antérieure, directement issue de la carotide interne (qui donne aussi naissance à l’artère sylvienne et à une autre). La rupture peut provoquer une hémorragie méningée (très grave et urgente à soigner) dont une évolution possible est l’amnésie. Derrière cette artère, on trouve l’aire septale, le noyau basal de Meynert et la bande de Broca (les trois forment le cerveau basal antérieur, en relation avec les amygdales, le système limbique).

L’amnésie provoquée est par conséquent aussi nommé « amnésie du basal forebrain », un tableau clinique particulier décrit par Damasio (1985) :

  • amnésie antérograde et rétrograde (plus ou moins suivant le gradient)
  • effets spectaculaire de l’indiçage et bonne performances en reconnaissance (bien que les patients se comportent comme les patients korsakoff).. Cela permet d’envisager une rééducation.
  • Difficultés à lier ensemble les différentes composantes des souvenirs. Les patients ont des performances correctes lorsqu’il s’agit de se souvenir de fruits, ou de visages. Il leur est impossible cependant de rappeler le lien les unissant : si on a présenté des paires (fruit-visage), ils n’arrivent pas à les associer lors de la récupération.
  • En phase aiguë, de fabulations sauvage (wide confabulation : totalement invraisemblables) en permanence mais pendant une période finalement restreinte.
  • Apathie et manque d’intérêt

Souvent, on a des lésions associées (souvent, le patient a eu un parcours chaotique) :

  • du circuit de Papez et du circuit limbique (latéral souvent)
  • du cortex frontal
  • des lésions cérébrales diffuses

   

Mots-clés : amnésie, anoxie, anévrysme, AVC, démences, formes cliniques, Korsakoff, maladie dAlzheimer, syndrome, tumeurs



Ajouter votre commentaire

Attention, ce site n'est pas un site de psychothérapie en ligne! Avant de commenter, veuillez consulter ces conseils.
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent commenter un article.
Aucun commentaire posté
 
< Précédent   Suivant >