Skip to content

Psychoweb

Ecran diminué  Ecran large  Augmenter la taille de la police  Diminuer la taille de la police  Taille par défaut 
Chemin :    Accueil
Le buzz du papillon ou la grande poésie virale Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Section : articles, Catégorie : divers

Proposé par Stephane Desbrosses, le 31-03-2008



Les attracteurs étranges et l'effet Papillon... ou bien encore, le jonglage de concepts théorico-sociéto-viraux, une mise en bouche poétique à propos d'Ourobouros et d'insecte volant... Le récit d'un buzz scientifique et de l'implantation du concept d'effet papillon, de sa présence dans certains sites. Un retour sur la destinée d'un effet qui s'affectait lui même.

Vous n'y voyez goutte? Ainsi en serait la principale origine d'un grand buzz scientifique, une méconnaissance des mécanismes d'une affaire par trop complexe pour être appréhendée par le quidam tout venant, lequel serait alors étonnament plus porté sur la surface poétique du message plutôt que de sa cohésion profonde...

L'un des plus grands représentants de l'effet papillon... est lui même, sa conception, sa dynamique, son évolution : parti de rien, à peine un murmure, de la bouche de Lorenz, en 1972. Météorologue de son état, et maitre de conférence pour l'occasion, il laissa échapper une image verbale qui fit le tour du monde, jusqu'à donner naissance à des reprises cinématographiques, une théorie jugée acquise ainsi qu'un marquage d'esprit très présent. Car l'effet papillon est surement connu de chacun de vous...

Le saviez-vous? A l'origine, dit-on, l'esprit de Lorenz songeait plus à une mouette qu'à un insecte lorsqu'il évoquait, en tant qu'un des redécouvreurs de la théorie du chaos, sa conception de la complexité et de l'effet de micro-différences dans des paramètres initiaux. L'effet mouette... beaucoup moins poétique... L'organisateur d'une conférence donnée par sieur Lorenz en jugeait de même : c'est un peu à l'insu du scientifique qu'il décida, parait-il, de renommer la conférence en "Predictability: Does the Flap of a Butterfly's Wings in Brazil Set off a Tornado in Texas". L'image était lancée, les conceptions redécouvertes et néanmoins nouvelles de la théorie du chaos étaient par trop obscures pour les journalistes de l'époque, les leaders d'opinions et de manière générale, ceux qui faisaient la pluie et le beau temps dans la diffusion de l'information... Mais l'image du papillon, la grâce et la beauté, juxtaposée en une même phrase et en un même effet, l'un conséquence de l'autre, avait de quoi séduire...

L'effet Papillon, mythe ou réalité? 

L'effet papillonBien entendu, il ne s'agissait là que d'une image : les variations "atmosphériques" pourraient dépendre du simple battement d'aile d'un papillon, et des perturbations de l'air que ces battements entraînent... Une belle image pour décrire la sensibilité aux conditions initiales de phénomènes complexes. Cette sensibilité est décrite dans diverses courbes d'état comme celle dont vous pouvez voir la représentation ci-contre : parti d'un point ou d'un autre, juste à coté, la suite mathématique décrite diverge complètement. pour l'une, l'orientation se fait à gauche. Une minime différence fera partir l'autre à droite. De la même façon, on peut décrire l'effet boule de neige : un petit caillou qui glisserait d'un côté d'une montagne plutôt qu'un autre, entrainerait la dévastation d'une vallée quand il n'eut été que précocément bloqué dans l'autre sens.

Cette sensibilité aux conditions initiales caractérise de nombreux systèmes, dont certains systèmes sociaux... Certains sites comme Scoopeo présentent une certaine sensibilité aux conditions initiales (voir dernier chapitre). Cette sensibilité est bien réelle. En est-il de même pour le battement d'ailes du Papillon? 

Plusieurs raisons s'y opposent

- Le même papillon bat des ailes toute la journée : un effet dans un sens est statistiquement très probablement annihilé par d'autres battements d'ailes.

- Le papillon n'est pas le seul à battre des ailes, d'autres congénères le font également. Depuis le XVIIème siècle, à la suite des travaux de Boyle et Mariotte, de nombreux physiciens ont abandonné l'idée de décrire le mouvement d'atomes uniques pour y préférer une théorie cinétique (mécanique statistique) ayant eu pour conséquence une percée majeure : dans le cas d'effets mineurs de petites particules, il est statistiquement plus adéquat de s'intéresser au mouvement d'ensemble : il en va de manière semblable pour les Papillons : que l'un fasse un mouvement qui conduirait à la création d'une tornade, un autre ferait un mouvement produisant l'effet inverse. Dans l'ensemble, l'effet d'un seul papillon, malgrè la sensibilité aux conditions initiales, est relativement faible, sauf exception rarissime...

- D'autant que les papillons ne sont pas les seuls à brasser de l'air, les animaux, les hommes (y compris certains présidents) peuvent en brasser énormément.

- et d'autres... 

The butterfly Effect est avant tout une image... et c'est d'ailleurs cette qualité qui paradoxalement, lui a permis son expansion phénoménale.

Moins je comprends, plus je trouve beau?

C'est du moins une explication plausible défendue par S. Jourdan, qui introduit pour son explication l'effet au nom amusant : L'effet Papigé. Selon cet effet, similaire à l'effet papillon mais ne s'appliquant qu'aux théories "scientifiques", une image est bien entendue d'autant plus facilement colportée que la théorie qui en est la base est obscure... et d'autant plus diffusée que la manière dont cette image est formée atteint un esthétisme agréable. S. Jourdan définit ainsi son Effet Papigé : 

“ Une théorie d'apparence scientifique sera d'autant plus propagée dans le grand public que :
1 les sciences supposées être en question échapperont complètement à ceux qui la répètent;
2 sa formulation sera plus poétique, permettant ainsi une appropriation suivie de réinterprétation, permutation, etc.

L'effet Papigé tire naturellement son nom du milieu dans lequel il se propage : ceux qui n'ont pas pigé...

Ainsi en aurait-il été de l'effet papillon : par trop obscur pour que l'on en saisisse le sens directement, seule l'image en serait restée, jusqu'à prendre la place de la théorie elle même... Il faut dire que l'image avait de quoi séduire. Elle a par ailleurs donné naissance à de nombreux films, de nompreuses reprises de cet "effet" sur de tout aussi nombreux supports, comme le montre la page Wikipédia anglaise. Il est à noter que cette explication a le mérite de suivre les principes de psychologie des théories de traitements profonds versus superficiels de l'information : il existe selon cette théorie deux façons d'intégrer l'information. Le traitement profond est basé sur la justesse des arguments : plus un raisonnement est juste, mieux on l'intègre si l'on fait l'effort d'essayer de le comprendre. En cas où on n'essaie pas de la comprendre, seules les caractéristiques superficielles du message sont intégrées, comme  son côté poétique ou agréable (c'est par exemple pour cette raison que l'on utilise de jolies filles ou des stars dans les spots de pub : peu importe que le produit soit convaincant, si l'image à laquelle on l'associe nous est agréable)

L'effet papillon aurait émergé de cette manière : parce qu'il s'agit d'un concept complexe, le traitement profond n'a pas toujours été possible (peu compris). Dès lors, le fait qu'il ait été présenté sous un jour poétique a largement contribué à sa diffusion... et malheureusement sa déformation! Le plus anecdotique étant que l'effet papillon fut alors victime... de lui même! 

Pour aller un peu plus loin...

Et remettre les choses dans leur ordre initial : à commencer par Lorenz à qui l'ont attribue le nom de cet effet (malgrè la nouvelle de Ray Bradbury qui évoquait l'effet Papillon en 1952) : Lorenz minimisa lui-même cet effet. De fait, il souhaitait lors de sa conférence, expliquer ce qu'il nommait les attracteurs étranges.

attracteurs-etranges-Lorenz

En termes simples et non imagés, la représentation ci-contre montre deux courbes de trajectoire d'une fonction mathématique dont les conditions initiales sont légèrement modifiées. 

Comment l'interprêter? Imaginez que les deux cônes disposés à une place similaire sur la courbe jaune et la courbe bleue, sont les points de départ. la trajectoire est définie dans le temps : à partir de ces points de départ, si on remonte une courbe ou l'autre, c'est que l'on avance dans le temps.  Chaque point de la courbe correspond à une valeur numérique, on pourrait donc dire en gros :

- que la courbe bleue est au départ à la valeur 2 puis après 1 seconde, à la valeur 2.5, puis 3, puis 1, etc.... jusqu'à arrivé à 10 minutes, au point correspondant au deuxième cône bleu (les valeurs numériques sont fictives et sont là juste pour exprimer concrêtement l'idée)

 - que la courbe jaune démarre à la valeur 2.01 puis après une seconde, à la valeur 2.55, puis 3.8, puis -5.... jusqu'à arriver, au bout de 10 minutes, au second cône jaune.

On voit qu'à l'instant de la 10ème minute, les deux courbes ont des valeurs totalement différentes, elles ont complètement divergé, et ce, à cause de l'infime différence de condition initiale... Et pourtant! il ne faut pas être Sherlock Holmes pour se rendre compte que les deux courbes se ressemblent énormément... C'est ce que souhaitait montrer Lorenz : Même si les valeurs que prennent les trajectoires divergent sensiblement selon les conditions initiales, la forme des courbes est relativement identique quelle que soient ces valeurs initiales.

Dans cet exemple, cela signifie que même si des conditions initiales sont différentes, les conséquences d'une action seront vraisemblablement identiques (pour être exact : si cette action appartient à un système chaotique qui présente des attracteurs étranges). Cela signifie dès lors, que si un battement d'aile de papillon entraine une tornade, alors, que ce papillon batte plus ou moins rapidement des ailes, la tornade arrivera plus tôt ou plus tard mais arrivera tout de même. Ainsi est la sensibilité aux conditions initiales.

Pour exporter cet exemple à quelque chose que vous connaissez bien..., Scoopeo et les sites du genre présentent en quelque sorte un attracteur étrange vers lequel converge chaque bon post : la home page. Il est amusant de constater que de très bons articles auront toujours une trajectoire similaire : En Attente, puis presque promu, Home page et oubli... C'est le principe même du site.

Pourtant, les articles sont sensibles aux conditions initiales : qu'un individu vote presque juste après sa sortie, un article, où le commente, et hop, l'article est propulsé beaucoup plus rapidement sous les feux de la rampe, l'effet boule de neige s'enclenche, comme l'indiquait cet article (Plus tu votes, plus ça devient bien ). Si l'article ne bénéficie pas d'une telle opportunité, il mets plus de temps (à condition qu'il soit bon!) à atteindre la home page - mais il l'atteint tout de même.

Ici est l'essence de ce que souhaitait montrer Lorenz lors de sa conférence : même si la sensibilité aux conditions initiales est extrème, et que l'évolution diverge, elle reste quand même sur des trajectoire similaires - et notamment prévisibles.

Quoiqu'il en soit, certains sites sont de toute façon des attracteurs étranges ;) 


Images issues de : Jourdan S (2007). "Effet papillon ou effet Papigé?". Knol.google.com
   

Mots-clés : buzz, marketing viral, réseaux sociaux, effet Papillon, analyse des médias



Ajouter votre commentaire

Attention, ce site n'est pas un site de psychothérapie en ligne! Avant de commenter, veuillez consulter ces conseils.
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent commenter un article.
Aucun commentaire posté
 
< Précédent   Suivant >

Identification

  • Psycho 2.0
  • Psycho 2.0
  • Psycho 2.0

Derniers commentaires

Pas de commentaires...