Skip to content

Psychoweb

Ecran diminué  Ecran large  Augmenter la taille de la police  Diminuer la taille de la police  Taille par défaut 
Chemin :    Accueil arrow News arrow Derniers Articles arrow Intelligence Artificielle
Intelligence Artificielle
La naissance officielle de l'IA remonte à la célèbre conférence d'Août 1956, au Dartmouth College (Hanover, New Hampshire), à laquelle participèrent les futurs pointes de la discipline, parmi lesquelles A. Newell, M. Minsky, H. Simon, C. Shannon, et J. Mac Carthy. C'est ce dernier qui proposa le nom d'Artificial Intelligence, affichant par ces termes l'ambition de cette nouvelle discipline : décrire l'intelligence afin de la reproduire dans une machine. Les premiers programmes d'IA datent également de cette période. C'est à l'occasion de cette conférence que Newell, Shaw et Simon, présentèrent le démonstrateur de théorème en logique des propositions (The logic theorist, 1956), qui, partant de propositions initiales données, affichait les démonstrations de théorèmes classiques des mathématiques, parfois sous une forme tout à fait originale... Peu de temps après, ils présentèrent l'un des pionniers informatiques d'un champs de recherche très prolifique, un programme de jeu d'échec (1957), ainsi que le premier langage d'IA, le LISP (MacCarthy, 1958), fondé sur une approche logique et rationnelle de l'intelligence.

L'idée de machines mimant l'activité mentale humaine n'était pourtant pas neuve, partant des statues mobiles de l'antiquité grecque, passant par Descartes et ses animaux-machines, aux automates joueurs d'échec. A l'époque, les aspects les plus importants de ce qui allait devenir l'I.A. furent l'oeuvre de Leibniz et Boole (1850), qui posèrent les bases d'une logique binaire parfaite pour les ordinateurs, puis Whitehead et Russel, avec leur "Principia Mathematica" (1910). D'autres auteurs avaient également préparé le terreau sur lequel pousseraient les premières graines de l'I.A. les mathématiciens Hilbert, puis Gödel (le théorème d'incomplétude, 1930) ainsi que Tarsky, Church et son élève Turing (Indécidabilité et incalculabilité, 1934, 1936). Biologie et cybernétique (Mc Cullock, Pitts, Hebb, Wiener) allaient également apporter certains éléments déterminants.



Turing : les machines peuvent-elles penser? Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
La Matrice, symbole de nos peurs face à la machine qui penseLes machines peuvent-elles penser ? Si la question fut déjà posée deux millénaires auparavant, la réponse suscite encore des débats au sein de la philosophie et des différents courants de l’Intelligence Artificielle, notamment parce qu’elle se heurte à un autre débat philosophique ancien : comment pouvons-nous nous-même savoir si l'on pense ? A partir de quel moment peux-t-on considérer un phénomène comme relevant de la pensée ?

Section : articles, Catégorie : intelligence artificielle Proposé par Stephane Desbrosses. le 13-11-2009

 
Psychologie du talion Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Oeil pour oeil, dent pour dent, une justice trop rigide?Oeil pour oeil, dent pour dent, tout le monde connaît la formule. Bien qu’elle aboutisse généralement à des escalades conflictuelles, entre nations, entre groupes, entre personnes, cette stratégie d’interaction a pourtant perduré tout au long de l’histoire des hommes. Pourquoi ? Dans les années 80, un tournoi opposant des programmes d’intelligence artificielle a permis d’apporter un élément de réponse : cette stratégie semble l’une des plus performantes pour maximiser les gains individuels dans une situation collective et sur le long terme.

Section : articles, Catégorie : intelligence artificielle Proposé par Stephane Desbrosses. le 28-08-2008

 
Les rêves du Lambda-calcul Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
ImageEn 1932, Alonzo Church, maître spirituel d'Alan Turing, l'un des pères fondateurs de l'Intelligence artificielle) invente le lambda calcul, un langage logique de bas niveau, destiné à décrire de manière ultra-simplifiée les règles de logique, d'opération et de calcul. Church imaginait-il qu'il avait inventée la Pierre de rosette de la logique, le langage qui semblerait décrire nos rèves et nos mathématiques, nos pensées et notre science?

Section : articles, Catégorie : intelligence artificielle Proposé par Stephane Desbrosses. le 02-02-2008

 
Science cognitive et Informatique : opposition et convergence Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
L'humain, la machine... ou les deux?Ces deux conceptions de l'IA sont toujours présentes de nos jours. Bien qu'opposées à l'origine, elles tendent à se trouver des points communs et se rejoignent dans les actes sinon dans les approches. L'évolution de chacune est forcément liée à celle de l'autre, et plus que la rivalité, se développe une certaine complémentarité entre les travaux scientifiques des cognitivistes et les avancées techniques des informaticiens et ingénieurs.

Section : articles, Catégorie : intelligence artificielle Proposé par Stephane Desbrosses. le 20-12-2007

 
Ou une branche de l'Informatique? Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
L'IA est indissociable de l'informatiqueCette deuxième thèse avance l'idée d'un ordinateur non seulement outil de recherche, mais aussi but de cette recherche. Pousser le progrès et rendre l'ordinateur de plus en plus performant et habile constitue le dessein avoué de ce mouvement de l'IA.

Section : articles, Catégorie : intelligence artificielle Proposé par Stephane Desbrosses. le 20-12-2007

 

Identification

Articles populaires cette semaine

Derniers commentaires

Pas de commentaires...